Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

L'esclavage d'enfants existe toujours

lundi 20 novembre 2017 à 10:14 Par Eric Bouvet, France Bleu Armorique

À l'occasion de la Journée internationale des droits des enfants, l'association "Espoirs d'enfants", basée à Janzé, alerte sur la situation d'enfants dans le nord du Bénin, qui sont loués pour 10-15€ et travaillent dans des conditions effroyables.

Jusqu'alors vendus, certains enfants sont loués dans le nord du Bénin - Espoirs d’Enfants
Jusqu'alors vendus, certains enfants sont loués dans le nord du Bénin - Espoirs d’Enfants © Radio France

Bretagne, France

Des enfants de 5 ans loués

Espoirs d’Enfants vient en aide à un nombre croissant d’enfants esclaves sur le marché de Cotonou au Bénin. Riche de cette expérience, l’association a ouvert un autre centre d’accueil à Parakou, au nord du pays, où des enfants sont achetés à leurs familles dès l'âge de 5 ans, pour ensuite être exploités dans les villes par des trafiquants.

Écoutez Isabelle Legendre, la présidente d'Espoirs d'enfants

14h de travail quotidien, battus, privés de nourriture

Le Bénin est l'un des pays les plus pauvres au monde, le revenu moyen est d'environ 40€ en moyenne par mois. Dans le nord du pays, défavorisé par rapport au sud et où se trouve le grand port de Cotonou, certaines familles louent leurs enfants pour 10-15€. Les trafiquants les emmènent alors dans les villes pour les faire travailler. Ces enfants de 5 à 15 ans, non-scolarisés, travaillent jusqu'à 14 heures par jour, notamment sur les marchés où ils portent des charges parfois de 30 kilos. Ils sont fréquemment battus ou privés de nourriture s'ils ne vendent pas suffisamment.

Une souffrance souvent exprimée par la violence

Pour leur venir en aide, l'association "Espoirs d'enfants" a ouvert deux centres d'accueil, sur les marchés de Cotonou et Parakou, où les enfants peuvent venir se reposer, manger ou être scolarisés. L'association travaille aussi avec un psychologue qui les écoute, car ces enfants sont pour beaucoup en grande souffrance psychologique qu'ils expriment par la violence. Quand ils ont 14-15 ans, "Espoirs d'enfants" essaie de les réinsérer, en leur offrant la possibilité de s'affranchir de leur marchand et en les installant sur les marchés.

À Rennes Grand Quartier pendant cinq semaines - Radio France
À Rennes Grand Quartier pendant cinq semaines © Radio France - Espoirs d'enfants

Pour expliquer ses actions, l'association sera présente du 4 décembre au 6 Janvier 2018 au centre Grand Quartier de Rennes