Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

L'ex-Internat d'excellence de Montpellier veut redorer son blason

mercredi 29 mars 2017 à 6:00 Par Sébastien Garnier, France Bleu Hérault et France Bleu

L'établissement ouvre ses portes au public ce mercredi après midi à Montpellier. Créé en 2010 sous l'impulsion de Nicolas Sakozy pour accueillir de bons élèves socialement défavorisés, il n'a jamais atteint son objectif. Aujourd'hui il change de cap.

illustration
illustration © Maxppp -

Montpellier, France

L'ambition de l'Internat d'excellence était belle, la réalité l'était nettement moins. En 2014 un rapport confidentiel révélait que moins de la moitié des élèves étaient d'origine modeste. Certains étaient même issus de famille aisées, enfants de notaire, de vétérinaire. L'ancien proviseur y avait même scolarisé ses propres enfants.

Les bons élèves minoritaires

On y trouvait beaucoup de délinquants en échec scolaire, l'Internat étant le dernier établissement qui voulait bien les accueillir, témoignait à l'époque Carole qui a travaillé plusieurs mois dans l'établissement.

"Un grand nombre d'élèves avait de grosses lacunes donc un très mauvais niveau. Pour eux c'était l'internat de la dernière chance. Certains avaient des problèmes avec la loi, on passait 80% du temps à faire de la discipline" Carole ex-membre du personnel de l'internat

Pour préserver l'excellence affichée de l'établissement le personnel devait se taire, ne pas parler des fugues d'élèves la nuit, du trafic de drogue dans l'enceinte de l'établissement, des débordements répétés et jamais sanctionnés lors des voyages scolaires.

L'Internat avait fait la une de l'actualité a la rentrée 2015 pour une affaire de bizutage.

Changement d'orientation et de nom

Désormais l'établissement veut se défaire de cette mauvaise image et redorer son blason.

Exit la classe de CM2. Désormais, il n'accueille que des collégiens et lycéens (actuellement au nombre de 330), il s'ouvre aux externes et aux sportifs de haut niveau.

La politique éducative est repensée. Un changement de cap qui appelle un changement de nom. Il interviendra ds les prochaines semaines.

L' encadrement reste supérieur aux autres établissements avec en moyenne 25 élèves par classe au collège et 30 au lycée.

L' établissement veut également davantage de mixité et invite même les élèves issus de famille aisées à candidater.

Il ouvre ses portes ce mercredi après midi. Rendez-vous entre 13h30 et 18h, au 4 rue du 81e Régiment d'Infanterie à Montpellier.