Éducation

L'heure est déjà aux projections de rentrée pour l'Université Jean-Monnet à Saint-Étienne

Par Tanguy Bocconi, France Bleu Saint-Étienne Loire jeudi 29 juin 2017 à 20:30

La façade de l'Université Jean Monnet à Saint Etienne
La façade de l'Université Jean Monnet à Saint Etienne © Maxppp - Philippe Vacher

Les résultats du baccalauréat sont publiés ce mercredi ! Avec prés d'un millier de nouveaux étudiants attendus à la rentrée, l'Université Jean Monnet de Saint Étienne doit faire face à des inscriptions très nombreuses.. tour d'horizon des filières les plus demandées.

Conséquence du boom démographique de ces vingt dernières années, en France 40 000 étudiants de plus que l'an dernier vont débarquer à l'université à la rentrée de septembre, un nouveau record d'inscriptions battu. La conséquence, c'est que certaines filières sont surchargées..

Améliorer l'orientation pour éviter la saturation

D’après la Loi tous les bacheliers doivent en principe pouvoir accéder à la formation universitaire de leur choix, mais une majorité ne concentrent leurs vœux que sur certains cursus. Une situation problématique, même si l'Université stéphanoise parvient encore à éviter le recours au tirage au sort qui peut s'appliquer ailleurs.

Alain Trouillet est le vice-président en charge des Formations à l'Université Jean-Monnet de Saint-Étienne : " On a une très forte augmentation des candidatures sur toutes les filières scientifiques, l'économie la gestion et le Droit. Pour l'instant on a réussi à éviter le tirage au sort, mais il faudra travailler plus sur l'orientation et les pré-requis pour que le choix des nouveaux étudiants correspondent vraiment à leurs capacité et à leur possibilité de réussite"

La filière sport est celle qui attire le plus d'étudiants

Avec 418 demandes pour 280 places disponibles à la rentrée prochaine sur Saint-Étienne, les candidats en STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) sont beaucoup trop nombreux. Un succès qui s'explique par plusieurs facteurs.

Thomas Lapole est enseignant chercheur au département STAPS de Saint-Étienne : " Beaucoup d'étudiants s'orientent vers cette filière parce que c'est pour eux un choix par défaut, d'où les faibles taux de réussite en première année qui ne dépassent pas les 50%. Il y a des débouchés car c'est la filière la plus professionnalisante puisque les métiers du sports sont en pleine expansion dans la société. C'est un atout qui attire de nombreux étudiants chez nous mais leur nombre est une équation difficile à gérer."