Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

L'Università di Corsica évaluée : bien, mais peut mieux faire !

vendredi 24 novembre 2017 à 9:17 - Mis à jour le vendredi 24 novembre 2017 à 14:29 Par Hélène Battini et Pierre-Louis Sardi, France Bleu RCFM

L'université de Corse, sous la loupe du conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur ( Hcéres), révèle ses points forts et plus faibles.

L'università di Corsica Pasquale Paoli
L'università di Corsica Pasquale Paoli

Corse, France

Dans son rapport, l'instance chargée de faire le bilan d'activité des Universités de France souligne les côtés positifs de l''université Pasquale Paoli, tout comme ses points faibles, pour in fine, proposer des recommandations.

Le laboratoire Stella Mare de l'université de Corse - Maxppp
Le laboratoire Stella Mare de l'université de Corse © Maxppp - maxppp

Il est notamment question d'une gestion complexe, de difficultés de communication, de politiques dirigeant l'administratif et de la difficulté de connaitre les décisions prises dans les commissions. Problème également d'interdisciplinarité, en raison de l'absence de certaines disciplines fortes en sciences humaines et sociales, telles que la sociologie, la philosophie, la géographie ou plus récemment l'italien. Enfin, le haut conseil souligne la prépondérance des deux syndicats d'étudiants politisés, et ne laissant que peu ou pas de place aux corporations d'étudiants plus classiques. Enfin l'action internationale, se limite à la proximité dans la méditerranée.

Et puis il y a les points positifs, des réussites, tels que les laboratoires scientifiques, à Cargese, ou le Stella Mare à la Marana, des formations très adaptées à l'économie de la Corse, ou encore un bon encadrement des étudiants, fruit d'un esprit de communauté également entretenu par la très grosse implication de la collectivité territoriale de Corse, qui finance quasiment tout, à l'exception des salaires.

Invité de RCFM, Paul-Marie Romani, le président de l'université de Corse livre son regard sur ce rapport.

Paul-Marie Romani, le président de l'université de Corse

Retrouvez le rapport du conseil de l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur.