Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

L'Université Bordeaux Montaigne ne boycotte pas Parcoursup mais l'applique à sa façon

mardi 10 avril 2018 à 18:02 Par Stéphanie Brossard, France Bleu Gironde

Alors que la contestation contre la réforme de l'accès à l'université et contre Parcoursup semble gagner du terrain, la présidente de Bordeaux Montaigne annonce qu'elle refuse de classer les lycéens dans les filières qui ne sont pas en tension.

Pas de "sélection dans les filières qui ne sont pas en tension" à l'université Bordeaux Montaigne
Pas de "sélection dans les filières qui ne sont pas en tension" à l'université Bordeaux Montaigne - Université Bordeaux Montaigne

C'est un des changements de la nouvelle loi sur l'accès au supérieur : les universités doivent désormais étudier et trier les dossiers des lycéens, chacune selon ses propres critères, alimentant l'accusation de "sélection" brandie par les jeunes qui bloquent actuellement certaines facs, dont le site de la Victoire à Bordeaux. 

Jusqu'à l'an dernier, l'algorithme d'APB permettait de classer les candidats, avec parfois le recours au tirage au sort pour départager des jeunes dans les filières très demandées. Pour mettre fin à ce système, dénoncé comme injuste, Parcoursup a donc été créé. A chaque université, d'ici la fin mars, d'étudier manuellement, les dossiers des lycéens postulants.

"On ne sélectionne pas pour prendre les meilleurs" 

Une nouvelle formule que la présidente de l'université Bordeaux Montaigne, dans un communiqué, explique vouloir appliquer partiellement, "à sa manière". Hélène Vélasco-Graciet n'entend pas faire de sélection, veut accueillir tous les candidats bacheliers et ne pas classer leurs candidatures dans les filières qui ne sont pas en tension.

Hélène Vélasco-Graciet "on reçoit tout le monde, on accompagne tout le monde"