Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

L'université d'Orléans n'a toujours pas de président !

-
Par , France Bleu Orléans

Il n'y a toujours pas de président à la tête de l'université d'Orléans. Le vote, ce vendredi 29 janvier, d'un nouveau conseil d'administration a été une nouvelle fois un échec. Une situation ubuesque qui continue de paralyser la faculté.

Le conseil d'administration de l'université d'Orléans était réuni dans l'amphithéâtre Cantillon de la fac de droit
Le conseil d'administration de l'université d'Orléans était réuni dans l'amphithéâtre Cantillon de la fac de droit © Radio France - Christophe Dupuy

L'université d'Orléans est toujours dans l'impasse. Alors qu'il n'y a plus que deux candidats en lice, le conseil d'administration a échoué de nouveau ce vendredi 29 janvier à désigner un président. Postures, luttes de pouvoir et querelles d'égos, la situation de blocage, qui perdure depuis maintenant deux mois, fragilise encore un peu plus l'institution.

Cinq scrutins et quinze tours plus tard

La situation est toujours engluée à l'université d'Orléans. Rien n'y fait. Malgré le jet de l'éponge de l'ancien président candidat à sa propre succession, Ary Bruand, en proie à des démêlées judiciaires. Malgré le récent retrait de candidats du ring électoral. Malgré l'apaisement prôné par l'administrateur provisoire et la présence au final de seulement deux prétendants, le combat de coqs se poursuit. Dernier round en date, le vote du conseil d'administration de ce vendredi 29 janvier. Après les deux premiers tours de scrutin, Eric Blond est en tête (15 puis 16 voix) devant Christophe Léger ( 9 puis 9 voix). La majorité absolue est à 19 voix sur les 35 votants. C'est là qu'intervient un coup de théâtre à la reprise du 3ème tour de scrutin. Avant le vote, Eric Blond annonce que la liste de Steeve Thany, directeur d’un laboratoire de biologie et ancien candidat, va voter pour lui. La situation semble devoir se débloquer mais patatras, au final, seule une voix de plus sur cinq possibles, se reporte sur le candidat Eric Blond. Cinq scrutins et quinze tours depuis le 4 décembre dernier et toujours pas de président.

Ambiance délétère 

A la sortie de l'amphithéâtre Cantillon de la fac de droit où s'est tenu le conseil d’administration, c'est l'incompréhension et le désarroi, voire même un certain malaise chez les participants au huis clos. "C'est ridicule, honteux" lâche Illyasse Rakini, vice-président d'ÔCampus, la Fédération des Associations Etudiantes d'Orléans. "Moi je n'y crois plus" indique la socialiste Anne Besnier, membre du conseil d’administration et Vice-présidente de la Région Centre-Val de Loire. "Je pense qu'on repart sur une université qui ne va pas avoir de président pendant plusieurs mois" ajoute-elle. Même son de cloche à droite pour l’élu de la Métropole d'Orléans Florent Montillot qui appelle à "une seule candidature de compromis" tout en précisant "qu'il y a peut être même un problème de leadership des têtes de liste"

L'université n'avance plus

Nommé le 1er janvier dernier, administrateur provisoire, Alain Safarti ne peut que compter les coups mais averti toutefois sur l'inertie préjudiciable pour l'université d'Orléans. Alain Safarti prévient "l'université n'avance pas, quelques semaines cela ne se voit pas mais au bout d'un certain cela va se voir". L'envoyé spécial du Ministère de l'Enseignement supérieur en appelle "à la responsabilité de tous" pour débloquer la situation. Un prochain conseil d'administration avec un nouveau vote devrait intervenir la semaine prochaine. Il pourrait être avancé au jeudi 4 février, avec une victoire par KO ou la fin du combat par arrêt de l'arbitre?   

Choix de la station

À venir dansDanssecondess