Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Éducation

L'université du Mans se dote d'une cellule contre les violences sexistes et sexuelles

vendredi 23 novembre 2018 à 18:39 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine

Depuis la rentrée 2018, les universités ont l'obligation de s'organiser pour faire face aux violences à l'égard des femmes. Au Mans, où elle est désormais opérationnelle, les victimes peuvent la saisir pour obtenir de l'aide et sanctionner les coupables.

L'université s'engage contre les violences sexistes
L'université s'engage contre les violences sexistes © Radio France - Ruddy Guilmin

Le Mans, France

Une agression sexuelle lors d'une soirée étudiante, une main au fesses de la part d'un professeur ou bien des messages obscènes envoyés par un camarde de TD... Dès maintenant, à l'Université du Mans, une étudiante victime de l'un de ses comportements répréhensibles pourra saisir la cellule V2S dédidée à la lutte contre les violences sexistes et sexuelles. Depuis la rentrée, toutes les universités de France doivent mettre en place un tel dispositif. Au Mans, il était en préparation depuis deux ans.

Par le biais d'un simple e-mail ou du formulaire disponible sur le site de l'université, la victime peut dénoncer les faits. Ensuite, le noyau de la cellule, qui se compose d'une douzaine d'enseignants et d'agents médicaux, sociaux ou légaux de l'université, entre en action. Un binôme est désigné pour l'écouter, l'informer, la conseiller sur les éventuelles suites à donner, l'orienter vers des professionnels extérieurs (associations, conseil juridique...) Bref, tout est mis en place pour l'accompagner. Pourquoi pas jusqu'à un éventuel dépôt de plainte. Ce qui enclenche alors une autre procédure, judiciaire cette fois.

En parallèle à ce suivi, le signalement donne lieu à une enquête interne à l'université, menée non pas par la cellule, mais par des représentants de l'administration. Si les faits sont avérés, l'établissement pourra prendre des sanctions. En fonction de la gravité de la situation, ça pourra aller du blâme à la révocation pour un salarié de l'université. Et jusqu'à une exclusion si c'est un étudiant.

  • Contact : celluleV2S@univ-lemans.fr