Infos

Puy-de-Dôme : la crèche parentale d'Orléat se met au hongrois

Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne mardi 27 septembre 2016 à 6:10

Changement de pédagogie à la crèche parentale d'Orléat
Changement de pédagogie à la crèche parentale d'Orléat © Radio France - Eric Le Bihan

Initiée après-guerre dans un orphelinat hongrois, l'approche pédagogique Pikler a pour objectif de favoriser l'éveil des enfants en stimulant leur autonomie dans un cadre mieux défini et moins stressant.

Emmi Pikler. C'est le nom d'une pédiatre hongroise qui fut chargée de diriger l'Institut Loczy à Budapest en 1946. Guerre oblige, cette pouponnière accueillait des enfants privés de leurs parents. Le docteur Pikler met alors en place une certain nombre de pratiques, aujourd'hui reconnues à travers le monde. Elle considérait le tout-petit comme un être capable d'exprimer ses besoins, de se faire comprendre et d'interagir avec son entourage, s'il rencontrait des adultes prêts à l'écouter. Le bébé, acteur de son propre développement. Cette approche pédagogique s'est propagée dans le monde entier. Jusqu'en Auvergne. A Gerzat plus exactement, où la crèche Le Magicabou s'est mise progressivement à l'heure "hongroise" depuis une dizaine d'années.

Un espace aménagé pour que l'enfant puisse explorer toutes ses capacités - Marie-Pierre Jouannel - la directrice de la crèche d'Orléat

La crèche parentale "les petites grenouilles" à Orléat est donc la seconde structure d'accueil du Puy-de-Dôme à adapter l'approche Pikler pour ses bambins. Ils sont vingt, âgés de deux mois et demi à quatre ans, à en bénéficier depuis lundi dernier. Huit femmes les encadrent. Une 9e gère les repas et le ménage. Concrètement, des tours de repas ont été définis. "Les enfants savent à l'avance quand ils vont manger et avec qui. Il n'y a pas plus de deux enfants par adulte", précise Marie-Pierre Jouannel, la directrice de la crèche d'Orléat. Même principe au moment du goûter. Quant à la sieste, elle est également "aménagée". Les lits sont désormais en libre accès. "On appelle ça un lit appartement". A Gerzat, on l'affirme. Les effets de l'approche Pikler sur l'épanouissement et l'autonomie de l'enfant sont réels. Un atout avant de sauter le pas vers l'école. Les petites grenouilles orléatoises ne demandent qu'à y croire.

L'espace d'accueil des enfants a été réaménagé à Orléat - Radio France
L'espace d'accueil des enfants a été réaménagé à Orléat © Radio France - Eric Le Bihan

Partager sur :