Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La fille d'une Manchoise écrit à Emmanuel Macron pour dénoncer le manque de places en classes adaptées

jeudi 12 juillet 2018 à 5:05 Par Marc Bertrand, France Bleu Cotentin

La fille de Nadine Angot, 12 ans et demi, termine son CM2 en classe adaptée pour élèves en situation de handicap. Elle doit entrer au collège à la rentrée, mais aucun établissement n'a la place pour l'accueillir. L'inspection académique n'a d'autre solution à proposer que le redoublement.

La fille de Nadine Angot, qui termine son CM2 en classe adaptée Ulis, n'a pas de place pour la rentrée en 6e.
La fille de Nadine Angot, qui termine son CM2 en classe adaptée Ulis, n'a pas de place pour la rentrée en 6e. © Radio France - Marc Bertrand

La Haye-du-Puits, France

La lettre est partie lundi matin. Nadine Angot, une mère de famille de La-Haye-du-Puits a écrit à Emmanuel Macron, "pour demander de l'aide". Sa fille de 12 ans et demi est hyperactive, elle vient de finir son CM2 en classe Ulis, c'est-à-dire une classe adaptée pour les élèves handicapés. Et selon Nadine Angot il n'y a aucune place dans le département pour l'accueillir au collège à la rentrée prochaine !

J'ai demandé de l'aide à l'inspection académique. On m'a répondu : 'vous n'aurez pas de place pour votre fille, elle va redoubler son CM2, et on verra l'année prochaine, et encore, s'il y a de la place' !"

Un cas loin d'être isolé

Scandalisée, Nadine Angot pousse un cri de rage sur Facebook. En quelques jours, des dizaines de parents manchois la contactent pour dire qu'il leur est arrivé la même chose

J'ai été étonnée qu'il y ait autant de parents dans la même situation. Je connais des parents qui ont trouvé une place, mais dans le Calvados. Ils vont faire 30 à 40 minutes de route chaque matin et chaque soir pour emmener leur enfant à l'école"

Nadine Angot a rencontré l'attachée parlementaire du député de sa circonscription, Grégory Galbadon (LREM). Elle a aussi envoyé une lettre à Emmanuel Macron et au ministère de l'Education nationale, pour demander de l'aide et tenter de faire avancer la situation. 

Contactée pour réagir, l'inspection académique n'a pas donné suite à nos sollicitations. Du côté de la Maison de l'Autonomie, qui dépend du Conseil départemental mais ne décide pas directement du nombre de places dans les classes Ulis ni de leur attribution, on indique que "des points réguliers sont faits sur les situations sans solution effective d’orientation ou en inadéquation, afin de croiser avec l’Inspection Académique début septembre".