Éducation

Belfort : la fin des devoirs à la maison, une bonne idée ?

Par Hajera Mohammad et Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard et France Bleu mardi 4 octobre 2016 à 6:30 Mis à jour le mardi 4 octobre 2016 à 8:56

La fin des devoirs à la maison, la solution contre le décrochage scolaire ?
La fin des devoirs à la maison, la solution contre le décrochage scolaire ? © Maxppp -

L'association ZupdeCop qui lutte contre le décrochage scolaire a relancé le débat hier, sur les devoirs à la maison. Elle lance un manifeste pour réclamer la fin de ces travaux scolaires, source d'injustice et d'inégalités entre les élèves, selon elle. À Belfort, élèves et parents sont partagés.

L'association ZupdeCo se base sur une récente étude pour demander la fin des devoirs à la maison, notamment pour les collégiens. D'après ces chiffres, 6% des collégiens seulement réclament systématiquement l'aide de leurs parents et si ces derniers leur donnent un coup de main, ce n'est jamais pour plus d'un quart d'heure. Le problème pour l'association, concerne surtout les enfants qui ne bénéficient d'aucune référence parentale pour les aider sur un devoir, car le père ou la mère n'ont pas les compétences pour. Sans oublier, les adultes qui ne maîtrisent pas forcément la langue française.

"Avec les devoirs à la maison, l'élève travaille son autonomie - Sébastien Karlé, trésorier PEEP 90

Mais l'idée de mettre fin aux travaux scolaires, ne fait pas l'unanimité. Pour Sébastien Karlé, trésorier de la PEEP 90, organisation de parents d'élèves dans le Territoire de Belfort, ces devoirs à domicile sont indispensables. "Ils font partie intégrante de la démarche pédagogique. L' élève travaille son autonomie. Les devoirs aujourd'hui, sont donnés sur de la révision, l’exercice de mise en pratique. Je ne vois pas en quoi cela creuse des inégalités" explique-t-il. Mais pour Sandrine Claude, présidente de la FCPE dans le Territoire de Belfort, ces devoirs représentent une double journée pour les jeunes. "Un lycéen consacre deux heures par jours, du lundi au dimanche, aux devoirs" précise-t-elle. La FCPE souhaite que les dispositifs de soutien scolaire et d'heures d'études soient généralisés dans les établissements.

Cinq heures pas semaine consacrées aux devoirs

Les élèves rencontrés à Belfort, ne sont pas contre l'idée de terminer leur travail au sein de leur établissement. Pour Loan, 14 ans, élève de 3ème à Sainte-Marie, ce serait même une très bonne idée : "Moi je préfère avoir une heure de cours en plus, bien faire mes devoirs et comprendre, plutôt que faire n'importe quoi à la maison et ne pas comprendre" explique-t-il. Mais Céleste, étudiante de 22 ans à l'UTBM, regrette elle, de ne pas avoir travaillé plus sérieusement à la maison. "Je ne le faisais pas avant et ça été un peu difficile en arrivant dans le supérieur de m'y mettre. J'ai compris qu'il fallait vraiment travailler en dehors des cours pour réussir" avoue-t-elle. Aujourd'hui, un élève français consacre en moyenne cinq heures par semaine aux devoirs. C'est une heure de moins qu'en 2003.

La fin des devoirs à la maison, une bonne idée ? Reportage à Belfort d'Hajera Mohammad

Le point de vue d'un principal de collège

Jean-Jacques Fito est le principal du collège Vauban à Belfort, ce lundi soir, il a mis en place un premier groupe d'étude d'aide aux devoirs dans son établissement, il estime que c'est la meilleure façon de lutter contre les inégalités et surtout de créer une certaine émulation entre les élèves.

Jean-Jacques Fito, prinicipal du collège Vauban à Belfort

Partager sur :