Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La FSU s'inquiète déjà pour la prochaine rentrée dans l'académie de Montpellier

lundi 22 janvier 2018 à 6:32 Par Pascale Viktory, France Bleu Hérault

Avant la première réunion de préparation de la prochaine rentrée scolaire, ce lundi, la FSU tire la sonnette d'alarme. L'académie de Montpellier devrait bénéficier de 121 postes d'instituteurs en plus. Pour le syndicat des enseignants, il en faudrait trois fois plus.

   Les représentants de la FSU de l'Académie de Montpellier
Les représentants de la FSU de l'Académie de Montpellier © Radio France - Pascale Viktory

Hérault, France

Pour la FSU, la prochaine rentrée scolaire s'annonce difficile dans l'académie de Montpellier : "On va manquer d' instituteurs  et de profs", prévient le syndicat de l'Éducation nationale. L'académie de Montpellier, qui regroupe les cinq départements de l'ex-région Languedoc-Roussillon, devrait avoir 121 postes d'instituteurs de plus à la rentrée de septembre 2018. 

La dotation sera confirmée ce lundi à l'occasion du Comité technique académique. "Très  insuffisant", pour Jean-Louis Burgat, délégué académique de la FSU qui il explique : "C'est très insuffisant pour poursuivre le dédoublement des classes de CP en REP (réseau éducation prioritaire) et des CE1 de REP plus et pour faire face au flux démographique". Pour la FSU, "il en faudrait au moins 300."

Pour Magali Korjani, la déléguée départementale du SNUIPP, "si on ouvre des classes, il va falloir en fermer d'autres qui seront à la limite du nombre de 25 élèves par classe". Elle se dit inquiète pour le secteur de Bédarieux, "qui pourrait perdre une vingtaine de postes, classes fermées ou regroupement pédagogique avec des déplacements quotidiens pour des enfants ." 

Pour le second degré, l'académie de Montpellier aura 25 postes de professeurs en plus, "25 postes pour 250 collèges et 70 lycées, c'est ridicule, dénonce Bertrand Humeau, délégué académique SNES-FSU. On va continuer avec des classes à plus de 30 élèves en collèges et à 35 voir 37 en lycées, comment dans ces conditions peut- on prendre du temps  pour les élèves en difficulté ?"

Pour la FSU, le nombre d'élèves par classe est un facteur essentiel pour la réussite scolaire, la moyenne est d'un enseignant pour 14,5 élèves dans les pays de l' OCDE. Il est d'un enseignant pour 19,4 élèves en France.