Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La fusion de l'université de Saint-Étienne avec Lyon a du plomb dans l'aile

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Aux oppositions et inquiétudes politiques de ces derniers jours s'ajoute désormais la démission de responsables de l'Université Jean Monnet qui sonne comme un coup de tonnerre pour un projet qui, faute de soutiens, pourrait ne jamais voir le jour.

La fusion des universités de Lyon et Saint-Etienne pourrait ne jamais voir le jour.
La fusion des universités de Lyon et Saint-Etienne pourrait ne jamais voir le jour. © Maxppp - Claude Essertel

La situation est de plus en plus délicate à l'Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Après les doutes politiques, 19 responsables de la faculté ont rejoint un collectif et huit d'entre eux ont décidé de démissionner de leurs responsabilités administratives. Des vice-présidents de l'université, des directeurs de laboratoire, le doyen de la Faculté, des membres honoraires unis dans un geste fort pour s'opposer à la fusion annoncée des universités Lyon 1 et Lyon 3 avec celle de Saint-Étienne. Un projet qui "met en danger" l'établissement stéphanois, selon un communiqué publié ce vendredi soir. 

"Nous avons œuvré jusqu’à ce jour pour que l’Université-Cible puisse garantir nos capacités d’initiative et de conduite de projets en collaboration avec nos collègues lyonnais. Force est de constater que ce projet est un échec."

Ces démissions remettent complètement en cause la fusion dont les statuts doivent être votés avant le 30 septembre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu