Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La lettre ouverte du président de l'université Montpellier 3 aux étudiants grévistes

mardi 3 avril 2018 à 18:41 Par Salah Hamdaoui, France Bleu Hérault

Alors que l'université Montpellier 3 est bloquée depuis presque un mois, le président de Paul Valéry adresse ce mardi une lettre aux étudiants mobilisés contre la loi ORE.

La faculté Paul Valéry est bloquée depuis presque un mois
La faculté Paul Valéry est bloquée depuis presque un mois © Radio France - Guillaume Roulland

Montpellier, France

Depuis près d'un mois, l'université Paul Valéry Montpellier 3 est bloquée par des étudiants mobilisés contre la la loi relative à l’orientation et à la réussite des étudiants du 8 mars 2018, dite loi ORE. L'action se traduit par une paralysie quasi-complète des cours et de l'administration, mais le président et les vice-présidents, signataires d'une lettre ouverte rendue publique ce mardi, précisent qu'"afin d'éviter toute violence... nous avons refusé le recours à un déblocage forcé".

"L'avenir des étudiants en péril"

La présidence de la faculté de Lettres condamne "l’impasse mortifère à laquelle le blocage mène". Ce blocage est-il écrit "met en péril l’avenir d’une dizaine de milliers d’étudiants attendant de passer leurs examens pour valider leur année et celui de plusieurs milliers de futurs étudiants dans l’expectative du traitement de leurs vœux pour la rentrée 2018".

L'absolue nécessité d’organiser les examens

Sans compter qu'il est "générateur de dégradations importantes (du mobilier neuf par centaines empilé et exposé aux intempéries, des distributeurs de boissons, neufs également, vandalisés, des caméras de surveillance détruites, des tags…) qui pèseront notablement sur les finances de l’établissement".

Pour conclure cette lettre, les signataires soulignent "l’absolue nécessité de tenir les examens" qui sont malgré tout en train d'être organisés et appellent "les étudiants mobilisés à accepter un dialogue constructif et à mettre fin au blocage".

Patrick Gilli, président de Paul Valéry - Radio France
Patrick Gilli, président de Paul Valéry © Radio France - Guillaume Roulland