Infos

La mairie d'Orléans accélère son plan anti-intrusion dans les écoles

Par Stéphane Barbereau, France Bleu Orléans lundi 29 août 2016 à 9:21

L'entrée de l'école élémentaire Charles Pensée, dans le centre-ville d'Orléans
L'entrée de l'école élémentaire Charles Pensée, dans le centre-ville d'Orléans © Radio France - Stéphane Barbereau

C'est la rentrée, ce jeudi, pour les élèves. Le risque d'attentat pousse les collectivités à améliorer la sécurité dans les établissements scolaires. A Orléans, un plan anti-intrusion est lancé avec notamment la mise en place de visiophones dans toutes les écoles.

C'est un plan qui vise avant tout à limiter les intrusions de personnes malveillantes dans les écoles. Mais il s'inscrit pleinement également dans les dernières consignes de la Ministre de l'Education Nationale pour éviter toute risque d'attentat. La mairie profite d'abord des vacances d'été et des traditionnelles travaux de rénovation des écoles pour mieux clôturer ou changer des portails défectueux. Des travaux ont été réalisés cet été dans les écoles Gaston Galloux et Romain Rolland (La Source), Charles Péguy, Bénédicte Maréchal (Saint Marceau), Madeleine.

L'anti-intrusion, une obsession pour F. Montillot

L'adjoint au maire d'Orléans en charge de l'Education, Florent Montillot, ne veut pas pour autant tomber dans la psychose :

Je ne veux pas parler de plan anti-attentat mais de plan anti-intrusion. Je veux que l'on soit en capacité de sanctuariser les écoles.

F. Montillot ne veut pas créer la psychose dans les écoles avec le risque d'attentats

L'élu hyperactif, qui a été en charge de la sécurité pendant les deux mandats précédents, entend bien faire profiter de ses connaissances dans le domaine pour les appliquer à sécuriser les écoles. Ce plan anti-intrusion comprend également la généralisation des visiophones dans les 67 écoles maternelles et élémentaires de la ville. Il devait s'étaler sur l'année scolaire à venir, il est finalement accéléré pour se terminer fin 2016. Il devrait coûter entre 70 000 et 100 000€ à la ville. Florent Montillot espère une aide de l'Etat puisque le Ministre de l'Intérieur a annoncé la semaine dernière une enveloppe de 50 millions d'euros pour aider les communes à mieux sécuriser les écoles.

L'Etat décide, les collectivités paient

L'élu souligne la prise de conscience de l'Etat sur ces questions de sécurité dans l'Education Nationale, depuis la circulaire publiée la semaine dernière par Najat Vallaud Belkacem, mais il regrette que l'essentiel du coût soit à la charge des collectivités territoriales :

Quand on dit qu'il faut sécuriser les façades exposées, on a 67 écoles et elles ont toutes des façades exposées. Je ne vais pas mettre du blindage sur les fenêtres des écoles

Florent Montillot, l'adjoint au maire d'Orléans à l'Education - Radio France
Florent Montillot, l'adjoint au maire d'Orléans à l'Education © Radio France - Stéphane Barbereau

Formation des personnels et "mallette de sécurité"

La mairie poursuit également la formation de ses agents intervenants dans les écoles (Atsem et agents d'entretien) aux premiers secours. A ce jour, 45% ont suivi une formation de sauveteur secouriste au travail. Enfin, chaque école est dotée d'une "mallette sécurité" comprenant une corne de brume, un sifflet (pour alerter en cas de danger et regrouper les élèves), d'un kit de secours (sparadrap, couverture de survie, pansements), de bandes de calfeutrage des portes et fenêtres, de serviettes séchantes pour empêcher la propagation d'un incendie, de seau pour permettre aux enfants de faire pipi en cas de confinement,...

Partager sur :