Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Face à la crise sanitaire : la municipalité de Saint-Jean-de-Braye réduit l'accueil périscolaire

-
Par , France Bleu Orléans

Du changement pour les parents d'élèves à Saint-Jean-de-Braye. Dès ce lundi, ils ne peuvent plus déposer leurs enfants à l'école à 7h30. Face à la dégradation de la situation sanitaire et au nombre d'agents absents, la mairie supprime l'accueil périscolaire du matin. Seul celui du soir est maintenu.

A Saint-Jean-de-Braye, à cause de la crise sanitaire, la mairie redéfinit l'accueil périscolaire
A Saint-Jean-de-Braye, à cause de la crise sanitaire, la mairie redéfinit l'accueil périscolaire - Lydie Lahaix

Les parents d'élèves de Saint-Jean-de-Braye ont appris la nouvelle en milieu de semaine dernière. Dès le 23 novembre et jusqu'au vendredi 18 décembre (début des vacances de Noël), la municipalité ferme l'accueil périscolaire du matin. 

Autrement dit, les enfants ne peuvent plus être déposés dans les écoles dès 7h30. La mesure concerne l'ensemble des 12 écoles maternelles et élémentaires de cette ville de la métropole Orléanaise (quatrième commune du Loiret en termes d'habitants).

Des parents surpris et fâchés

Parmi les parents d'élèves abraysiens, c'est l'incompréhension et la colère. "Nous sommes pris de court" regrette Pascal Archambault. Ce père de famille a deux enfants à l'école Louis Petit dans le quartier du Pont Bordeau, l'une est en grande section de maternelle, l'autre en CM1. Il est lui même élu au conseil d'école et s'il comprend les difficultés de la mairie face à la crise sanitaire, il a du mal à  accepter cette décision qu'il juge brutale. 

"Dans l'école de ma fille, il n'y a plus que deux Atsem sur quatre, donc bien sûr qu'il y a des problèmes mais que l'on nous impose cette décision comme ça d'un coup sans nous concerter, cela met un peu en colère, surtout que l'on n'a pas vraiment le temps de se retourner".

Selon lui, l'arrêt de l'accueil périscolaire du matin (7h30-8h30) va pénaliser de nombreuses familles. Tous ceux qui malgré le confinement, continuent de travailler et ils sont nombreux, explique Pascal Archambault. 

A Saint-Jean-de-Braye, l'école Louis Petit dans le quartier du Pont Bordeau
A Saint-Jean-de-Braye, l'école Louis Petit dans le quartier du Pont Bordeau - Lydie Lahaix

"Il y a beaucoup de parents dans le quartier qui travaillent en usine, ils commencent à 7h et demi le matin, donc s'ils ne viennent pas au boulot, ça s'appelle un licenciement. Il n'y a pas de solution derrière, la mairie nous dit c'est fini et ne nous propose rien d'autre. Donc forcément cela rajoute du mal au mal". 

Et ce parent d'élèves s'interroge, "pourquoi à Saint-Jean-de-Braye, la mairie n'arrive pas à faire face ? Certes nous sommes une ville en développement avec beaucoup d'enfants dans nos écoles, mais sur la Métropole les autres communes sont confrontées à la même situation sanitaire et elles ne décident pas comme cela en quelques jours, de changer les règles du jeu".

La mairie dans l'impasse

"Aujourd'hui la situation n'est simple pour personne" reconnait Claudine Gueuret, l'adjointe aux affaires scolaires. "J'entends bien que cela pose des problèmes aux parents qui travaillent ou qui sont en télétravail, de devoir en plus avoir leurs enfants avec eux. Mais pour nous c'est également compliqué parce qu'il faut pallier chaque jour aux absences, pour maintenir une qualité de service , ce qui n'est pas facile en ce moment".

Après avoir envisagé dans un premier temps de supprimer purement et simplement l'accueil périscolaire, matin et soir (c'était le sens du courrier transmis aux parents mardi dernier) la municipalité a finalement opté pour une solution intermédiaire

Elle maintient l'accueil du soir, mais au vu des effectifs elle ferme celui du matin. En raison de l'épidémie de coronavirus, le personnel n'est plus assez nombreux.

Avec cette crise sanitaire, les collectivités sont sur le fil du rasoir

Aujourd'hui 25 % des agents sont absents, parmi les ATSEM, les animateurs, les agents chargés de la restauration scolaire. "Il nous a fallu redispatcher pour privilégier le maintien de la cantine et l'accueil périscolaire du soir où la demande est plus forte, les enfants sont plus nombreux que le matin" explique Claudine Gueuret.

La mairie a donc proposé à ses agents d'autres services - éducateurs sportifs, maitres-nageurs, gardiens de la salle des fêtes - d'assurer l'accueil des élèves. Ils viendront en renfort dès ce lundi.

L'accueil périscolaire supprimé le matin dans les 12 écoles de Saint-Jean-de-Braye, le système va rester en place jusqu'aux vacances de Noël.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess