Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : une étudiante de Toulouse veut pouvoir localiser les places en bibliothèque universitaire

-
Par , France Bleu Occitanie

C'est un problème récurrent à la fac : le manque de place dans les bibliothèques universitaires, prisées des étudiants pour se concentrer et travailler en toute quiétude. Une étudiante de Toulouse-Capitole se lance dans l'entreprenariat avec un projet d'appli mobile pour solutionner le problème.

Manon Alzieu aimerait avoir un partenariat avec toutes les bibliothèques universitaires de France.
Manon Alzieu aimerait avoir un partenariat avec toutes les bibliothèques universitaires de France. © Radio France - Corinne Fugler

C'est une étudiante de 21 ans, en troisième année de droit à Toulouse-Capitole (UT1), installée depuis quatre ans dans la ville rose après avoir grandi près de Mirepoix, en Ariège. Manon Alzieu veut faciliter la vie des étudiants avec son projet d'appli mobile BYP pour Book your place.

Une place assise en bibliothèque pour 12 étudiants

Manon Alzieu fait partie d'une association "la Corpo Arsenal", très impliquée dans la vie étudiante. Elle s'est vite aperçue du problème : une place assise pour douze étudiants dans les bibliothèques universitaires en moyenne en France, et il est très difficile de trouver un endroit pour étudier sereinement. "Avec le Covid-19, certaines universités ont fermé leur bibliothèques aux étudiants hors fc, par exemple à UT1, ce n'est ouvert que pour les étudiants d'UT1", poursuit-elle. 

Cette application permettrait tout simplement de fluidifier les flux, en connaissant en temps réel les places disponibles. L'appli serait vendue aux universités.

Dans son projet, Manon Alzieu a été aidée par les incubateurs de Campus numérique 47 et du groupe Orange, qui lui permettent de bénéficier d'un bureau, de coaching, de formations. Elle espère que l'université Toulouse-Capitole 1 servira de pilote pour ensuite développer son appli partout en France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess