Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La première école de la Fondation Espérance banlieues du Grand Est s'installera à Reims

jeudi 1 février 2018 à 10:21 Par Annelaure Labalette, France Bleu Champagne-Ardenne

La douzième école de la Fondation Espérance banlieues s'ouvrira à la rentrée prochaine à Reims. Elle s'installera dans les locaux vides de l'école Barthou , à proximité des quartiers prioritaires Wilson, Chatillon et Maison Blanche. Elle devrait accueillir une cinquantaine d'élèves.

Un élève veut prendre la parole dans une salle de classe
Un élève veut prendre la parole dans une salle de classe © Maxppp - Lionel Vadam

Reims, France

Quand on parle d'école Espérance banlieue on parle d'école privée, hors contrat, a-politique et a-confessionnelle. Le cours colibri se fixe 2 objectifs principaux: prévenir le décrochage scolaire et favoriser l'insertion culturelle des enfants. 

Pour Alix Pelletreau, présidente rémoise de la Fondation Espérance banlieue "l'idée est de _redonner confiance aux enfants , leur offrir un avenir, leur apprendre à réfléchir et à aimer leur pays et leur culture_".

Interview d'Alix Pelletreau, présidente rémoise de la Fondation Espérance banlieues

L'ambition de cette future école c'est d'accueillir en septembre 50 élèves de Primaire pour quatre enseignants et pourquoi pas d'ouvrir un collège d'ici 1 ou 2 ans. 

Les écoliers concernés sont des enfants des quartiers dits "difficiles", des jeunes en décrochage scolaire qui ont du mal à s'insérer dans le système scolaire traditionnel. "Notre but sera de leur donner leur chance pour qu'ils puissent réintégrer un jour, les écoles de l'Education Nationale" précise Alix Pelletreau. 

salle de classe en effectif réduit - Maxppp
salle de classe en effectif réduit © Maxppp - FRANCOIS DESTOC

Une école et des valeurs

L'une des particularités du cours Colibri de Reims c'est que toutes les disciplines ne seront pas enseignées. "Il y aura des mathématiques, du français et de l'histoire - indique Alix Pelletreau- mais pas d'anglais ni d'informatique. On considère que les écrans, les enfants en ont déjà trop à la maison et qu'ils savent déjà s'en servir. Quant à l'anglais, nous préférons qu'ils sachent d'abord parler correctement le français et ses règles de grammaires et d'orthographe avant l'apprentissage d'une autre langue". 

Dans cette école de la Fondation Espérance banlieue, le port de l'uniforme sera aussi obligatoire, tout comme le vouvoiement dans les deux sens. Les élèves participeront aussi au lever des couleurs avant les cours pour bien comprendre ce que représente le drapeau français. 

Cette école privée coûtera entre 50 et 75 euro par mois aux parents. C'est un coût mais l'Ecole souhaite réorganiser les priorités des familles. 

Une école qui ne fait pas l'unanimité

Des politiques de gauche ont récemment demandé au ministre de l'Education de diligenter une enquête. Ils s'inquiètent des résultats scolaires dans de ces écoles de l'Espérance . D'autres y voient une vitrine médiatique d'un milieu catholique et des idées identiques à celles défendues par les militants de la Manif pour tous. 

Les locaux de cette future école de la Fondation Espérance banlieues seront loués à la mairie de Reims pour la somme de 3.000 euro le m². Mais cette école devra également trouver des fonds pour financer son projet car il s'agit d'une école hors contrat de l'Education Nationale même si l'Inspecteur d'Académie ne s'oppose pas au projet. 

D'ailleurs, comme il est garant de l'instruction qui sera donnée aux élèves, il viendra inspecter cette école comme toutes les autres. Le budget de fonctionnement de cette future école de la Fondation Espérance banlieues est estimé à 350.000 euro pour la première année d'exercice.