Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La réforme des études de santé au coeur de la visite à Reims de la ministre de l'enseignement supérieur

mardi 12 février 2019 à 17:08 Par Sylvie Bassal, France Bleu Champagne-Ardenne

Frédérique Vidal, la ministre de l'enseignement supérieur à Reims ce mardi, à la veille de la présentation du projet de loi santé en conseil des ministres. Elle a été accueillie par le président de l'université de Reims Champagne-Ardenne et tous les doyens des facultés de médecine du Grand Est

Frédérique Vidal, la ministre de l'enseignement supérieur à Reims ce mardi
Frédérique Vidal, la ministre de l'enseignement supérieur à Reims ce mardi © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Reims, France

Transformer les études de santé et supprimer le numerus clausus dès la rentrée 2020, c'est l'ambition de la réforme portée par la ministre de l'enseignement supérieur Frédérique Vidal, en visite à Reims aujourd'hui sur le campus santé. Le numerus clausus a été mis en place en 1971 et détermine chaque année le nombre de places ouvertes en deuxième année de chaque filière de santé.  Bien sûr,  il y aura toujours une sélection mais reste à définir laquelle. La consultation lancée  vise précisément à en préciser les contours a précisé la ministre de l'enseignement supérieur, Frédérique Vidal. Ajouté aux épreuves sur table, un oral permettra d'évaluer les compétences et motivations de l'étudiant. 

Le but est aussi de rendre moins  pénalisante la sélection actuelle. Aujourd'hui, les candidats peuvent se présenter deux fois au concours de médecine. Mais ceux qui ne sont pas pris perdent tout, c'est à dire l'équivalent de deux ans de travail. Avec le nouveau système, qui sera mis en place en 2020, il pourront faire valider les acquis de la première année, et ainsi se réorienter vers d'autres filières., y compris non scientifiques.

un candidat qui échoue au concours en fin de première année de médecine, et qui échoue une deuxième fois fois

La réforme vise à augmenter de 20% à peu près le nombre de médecins formés a indiqué de son côté la ministre de la santé Agnès Buzin.