Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La réforme du bac a-t-elle oublié nos futurs champions de ski ?

Les lycéens skieurs de haut-niveau bénéficient d'une scolarité aménagée dans les Alpes. Avec leurs enseignants, ils déplorent que la réforme du bac n'ait rien prévu pour eux. Ils devront passer un bac "nouvelle version" alors qu'ils sont entrés au lycée dans les anciennes filières.

Les futurs champions attendent des réponses pour leur bac
Les futurs champions attendent des réponses pour leur bac © Maxppp -

Ils se sentent comme les "oubliés du bac". Nos futurs skieurs de haut-niveau suivent actuellement une scolarité aménagée dans quatre établissements de Savoie, Haute-Savoie et de l'Isère.

Ces lycéens skieurs qui s'entraînent et assurent des compétitions de ski l'hiver, mais préparent aussi des diplômes d’état de moniteurs sportifs dans le domaine de la montagne, font leur lycée en quatre ans au lieu de trois car leurs années de scolarité sont plus courtes avec un trimestre en moins. Le problème leur a semblé évident dès l'annonce de la réforme du bac : alors qu'ils sont entrés au lycée en 2017 avec des filières ancienne version (L, ES et S par exemple en filières générales), ils passeront leur bac en 2021. Sauf que... les terminales de 2021 passeront un bac nouvelle version (avec des spécialités qu'il faut choisir dès l'entrée au lycée). Certains lycéens-skieurs sont donc déjà depuis deux ans dans une scolarité qui ne les prépare pas au bon examen final.

Ils passeront le bac sans avoir travaillé les bonnes matières

"Pour passer ce nouveau bac, il faudrait qu'ils choisissent des spécialités, qu'ils rattrapent le retard de Première de ces spécialités et qu'en même temps ils poursuivent leur projet professionnel et sportif dans la même année !", s'insurge Pascal Binet, professeur de sciences économiques au lycée de Moutiers, en Savoie. "Il n'y a pas le temps, les enseignants ni même les salles pour leur donner les cours en plus et les injecter dans la seringue de la réforme".

On leur change les règles en cours de partie, c'est scandaleux—Pascal Binet, professeur de sciences économiques au lycée de Moûtiers en Savoie

Le ministère a été alerté mais a décidé que la réforme s'appliquerait pour tout le monde en même temps. Une décision très mal reçue dans les classes concernées. "C'est un ressenti de mépris car nous posons la question depuis très longtemps" explique Pascal Binet. "On a l'impression qu'ils s'en fichent complètement", affirme l'enseignant quand il parle des responsables contactés au ministère de l'Education.

Les élèves ont lancé une pétition

92 élèves sont concernés actuellement, dans les lycées  Ambroise Croizat de Moutiers (Savoie), Jean-Moulin d'Albertville (Savoie), René Dayve à Passy le Fayet (Haute-Savoie) et Jean Prévost à Villard-de-Lans (Isère). Aujourd'hui, ils sont très inquiets, à tel point qu'ils ont fait circuler eux-mêmes une pétition qui a ensuite été envoyée à la rectrice d'académie. Aucune réponse pour l'instant. France Bleu Pays de Savoie a également contacté le rectorat qui ne communique pas pour l'instant. 

Les professeurs proposent une solution : faire passer à ces futurs champions. les anciens bacs S, L ou ES. Ils sont même candidats pour organiser eux-mêmes les épreuves, avec salles, copies et surveillants, comme cela se fait pour un bac blanc Leur proposition est restée sans réponse pour l'instant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu