Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La réforme du Bac : du bon pour la langue corse

vendredi 8 février 2019 à 20:59 Par Pierre-Louis Sardi et Maxime Becmeur, France Bleu RCFM

La réforme du baccalauréat représente une avancée considérable en matière d'enseignement de la langue corse. C'est la mise au point de la rectrice de l'académie de Corse, suite aux craintes exprimées cette semaine par plusieurs élus de la majorité nationaliste, plusieurs syndicats et professionnels

La rectrice de Corse Julie Benetti
La rectrice de Corse Julie Benetti © Radio France - Maxime Becmeur

corse

Selon les élus et les associations, la réforme du ministre Jean-Michel Blanquer entraînerait une mise en concurrence de l'enseignement de la langue corse avec d'autres langues vivantes comme l'anglais, l'espagnol ou l'italien. 

La rectrice soutient qu'au contraire, les langues régionales n'ont jamais été autant valorisées. Julie Benetti avance que "désormais ce ne sont plus 7 heures de Corse par semaine, mais 10 heures par semaine qui pourront être dispensées aux élèves de terminale.  En terme de reconnaissance tout d'abord, puisque la langue corse pourra être choisie comme auparavant en langue vivante 2 et en option, mais aussi, et c'est la grande nouveauté, en enseignement de spécialité.  Enfin et surtout, en terme de coefficient, avec un enseignement de spécialité langue corse qui comptera pour 16% de la note finale du baccalauréat, et sur lequel pourra s’adosser un grand oral lui même crédité d'un coefficient 10".  

La mise au point de la rectrice de Corse, Julie Benetti