Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La rentrée aura finalement bien lieu lundi à Valorbiquet

vendredi 1 septembre 2017 à 11:58 Par Mélodie Viallet, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu

La maire de la commune de Valorbiquet (Calvados) avait annoncé le report de la rentrée scolaire d’une semaine. En cause : le gel des contrats aidés par le gouvernement. Mais finalement une solution a été trouvée pour pallier ce manque.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - maxppp

Calvados, France

  • La rentrée aura bien lieu à Valorbiquet lundi matin pour les 230 élèves de la commune. Une solution a été trouvée. Le préfet devrait mettre à disposition de la mairie des personnes en service civique ou des apprentis pour pallier le gel des cinq contrats aidés après les vacances de la Toussaint. En attendant, les activités périscolaires sont supprimées à Valorbiquet. Le maire de la commune qui n'exclut pas non plus de repasser à la semaine de 4 jours après les vacances de la Toussaint, si elle ne dispose toujours pas du personnel nécessaire.

Des décisions prises au cas par cas selon les communes

Ce vendredi matin, en effet, les élus locaux ont obtenu des "garanties" de la part du gouvernement sur les contrats aidés, à l'issue d'une réunion au ministère de la Cohésion des territoires selon les informations recueillies par franceinfo. Les préfets vont pouvoir "piocher" dans d'autres budgets afin d'assurer une rentrée scolaire et des activités périscolaires dans de "bonnes conditions". Ces décisions seront prises "au cas par cas", selon les besoins des communes.