Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La rentrée des classes à l'école nationale de police de Saint-Malo

lundi 25 septembre 2017 à 17:49 Par Céline Guétaz, France Bleu Armorique

La 246ème promotion de l'école nationale de police de Saint-Malo a fait sa rentrée ce lundi. 124 élèves, dont un tiers de femmes, se destinent à la profession de gardiens de la paix.

L'école nationale de police de Saint Malo accueille 360 élèves cette année
L'école nationale de police de Saint Malo accueille 360 élèves cette année © Radio France - Céline Guétaz

C'est la dernière promotion issue de la campagne de recrutement lancée après les attentats de 2015. Ces 124 jeunes ont réussi le concours pour intégrer cette école nationale de la police, l'une des 6 installées en France. Lorie, 23 ans, fille de policier, a dû s'y prendre à deux fois pour réussir le concours. "il y a 3 ans, je n'avais pas la condition physique requise, j'ai dû beaucoup m'entraîner, et perdre du poids pour réussir". La jeune femme, comme plusieurs de ces collègues de promo connait déjà un peu le métier. Elle a été adjointe de sécurité pendant six mois au commissariat de Saint-Malo.

"C'est un métier à risque, on le sait" - Lorie, 23 ans

Lorie sait qu'il s'agit d'un métier dangereux, un métier dit-elle "où on risque sa vie tous les jours", mais cela n'altère pas sa motivation. Quant à la menace terroriste, ces jeunes élèves semblent l'avoir intégrée comme un risque du métier.

Les attentats ont-ils eu une influence sur leur motivation ?

"Cela me conforte dans mon choix" explique Marion, 24 ans. Elle sort d'un cursus universitaire, et n'a jamais fait de terrain. "J'ai envie de combattre le terrorisme, mais j'ai peur de ne pas être à la hauteur, reste que ma motivation est grande, et je veux aller jusqu'au bout". Dans la formation de ces futurs gardiens de la paix, des modules ont été ajoutés. Les élèves sont sensibilisés à la radicalisation sur les réseaux sociaux, à la menace terroriste : "Ils ont aussi un module pour leur permettre d'être préparés à agir en cas d'attentat ou de tuerie de masse" précise le directeur de l'école, Jean-Jacques Piec.

Le directeur de l'école, Jean -Jacques Piec - Radio France
Le directeur de l'école, Jean -Jacques Piec © Radio France - Céline Guétaz

La formation des élèves a évolué avec le risque de menace terroriste

Les nouvelles recrues découvrent dès les premiers jours, la salle de tir, la salle de musculation, ou encore les centres de simulation.

L'école de police est installée sur 3 hectares et demie, à quelques pas de la plage du Sillon - Radio France
L'école de police est installée sur 3 hectares et demie, à quelques pas de la plage du Sillon © Radio France - Céline Guétaz

Au cours de leur formation, en douze mois, les élèves effectueront des stages sur le terrain. Pour cette 246ème promo, le premier stage aura lieu en mai 2018.

Le blason de l'Ecole nationale de police de Saint-Malo - Radio France
Le blason de l'Ecole nationale de police de Saint-Malo © Radio France - Céline Guétaz

Témoignage d'élèves de l'école nationale de police