Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La rentrée en Limousin : "un moment chaleureux" sur fond de "manque de moyens humains"

-
Par , France Bleu Limousin

Les enseignants font leur pré-rentrée ce lundi. Ils sont un peu plus de 8.000 en Limousin à préparer le retour des élèves. Un "chouette moment", mais marqué par des consignes tardives sur la covid-19 et un manque de moyens chronique, pour Fleur Bidon, représentante du SNUIpp en Haute-Vienne.

Les salles de classes n'attendent plus que les élèves, après la rentrée des profs ce lundi (illustration)
Les salles de classes n'attendent plus que les élèves, après la rentrée des profs ce lundi (illustration) © Radio France - Nolwenn Quioc

A Saint-Sylvestre, près d'Ambazac, la directrice de l'école est "ravie de retrouver collègues et élèves" cette semaine. Pour Fleur Bidon, la rentrée "est toujours un moment chaleureux, on est reposés, plein d'entrain". Elle se réjouit aussi que tous les élèves puissent revenir. 

Mais il y a un "mais" : "le nouveau protocole et la préparation manquent d'ambition" dénonce celle qui est aussi représentante du syndicat SNUIpp. "Vendredi à 21h, on a reçu des consignes ! Moi, ça fait une semaine que je prépare, sans information !", raconte Fleur Bidon, invitée de France Bleu Limousin à 8h15 ce lundi.  Elle regrette surtout qu'il n'y ait pas de moyens supplémentaires, et surtout "pas d'enseignants en plus, comme ça se fait en Espagne par exemple".  

Certes, une petite cinquantaine de postes ont été débloqués cette année, mais dit-elle, "c'est normal, pour compenser les départs en retraite, mais très en-deçà de ce qu'il faudrait. De toute façon, l'école est en souffrance depuis plusieurs années, et la crise du covid-19 ne fait qu'accentuer les choses". Il faut plus de présence humaine, estime la directrice d'école. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess