Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

La rentrée pour près de 530 000 élèves dans l'académie de Toulouse

lundi 4 septembre 2017 à 6:00 - Mis à jour le lundi 4 septembre 2017 à 8:11 Par Leila Mechaouri et Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie

France Bleu Toulouse vous donne tous les chiffres-clés de la rentrée 2017 dans l'académie toulousaine.

Le dédoublement des classes de CP nécessite la création de 22 classes dans l'académie toulousaine cette année.
Le dédoublement des classes de CP nécessite la création de 22 classes dans l'académie toulousaine cette année. © Maxppp - THIERRY BORDAS

Haute-Garonne, France

Plus de 3600 élèves supplémentaires seront scolarisés dans l'académie toulousaine en 2017-2018 dans les premier et second degrés, soit près de 530 000 élèves au total. Une rentrée qui confirme le très fort dynamisme de la métropole toulousaine. Alors que les effectifs baissent dans les sept autres départements, la Haute-Garonne accueille la quasi totalité des nouveaux élèves : 3657 sur les 3664 au total.

La création de 22 classes de CP

Le gros chantier de cette rentrée scolaire, c'est le dédoublement des classes de CP à 12 élèves dans les quartiers très défavorisés (zone d'éducation prioritaires REP+). Une réforme qui ne concerne que Toulouse dans l'académie, 18 écoles en tout. Elle nécessite la création de 22 classes.

Sur les 64 "plus de maîtres que de classes" qui interviennent à la demande dans les écoles en REP, 22 sont affectés aux classes à 12. Il en reste donc 42 sur le département. Et les 125 postes supplémentaires cette année font baisser le taux d'encadrement. — Jacques Caillaut, Dasen 31

Toutes les établissement toulousains ont trouvé des solutions pour créer ces nouvelles classes de CP, sauf une : l'école Ernest Renan (trois classes de CP) dans le quartier des Izards faute de locaux disponibles.

Dédoublement des classes : et la suite ?

Une question va se poser dans les années qui viennent : comment mettre en place la suite de la réforme du dédoublement des classes dans les quartiers prioritaires ? Cette année, seuls sont concernés les CP en REP+, uniquement Toulouse. Or, d'ici 2019, la mesure sera étendue à l'ensemble des classes de CP et CE1 en zone d'éducation prioritaire, REP et REP+. Des centaines de classes dans toute l'académie.

Autre grand changement en France en cette rentrée 2017 : le retour dans certaines communes de la semaine de quatre jours. Cependant, en Haute-Garonne, seuls 2,3% des communes ont fait ce choix, contre 34% pour la moyenne nationale.

INVITÉ - Jacques Caillaut, directeur académique des services de l'Education Nationale en Haute-Garonne, interrogé par Bénédicte Dupont (6'01''')

À six ou sept exceptions près, les quelque 160 élèves de sixième du collège Badiou sont répartis dans cinq collèges (Fermat, Bellevue, les Chalets, Tournefeuille et Balma). Ils sont une poignée par classe et seront suivis toute l'année. — Jacques Caillaut, Dasen 31

Jacques Caillaut, le directeur académique, invité de France Bleu ce lundi de rentrée. - Radio France
Jacques Caillaut, le directeur académique, invité de France Bleu ce lundi de rentrée. © Radio France - Alban Forlot

En Haute Garonne , seulement 2,6 % des communes ont décidé de revenir à la semaine de quatre jours, contre 37% au national. Sur les 346 communes du département, dix vont appliquer de nouveau les quatre jours, 39 communes en avaient fait la demande, huit se sont désistées entre-temps, le Dasen a refusé 21 demandes pour des raisons diverses. Toulouse a décidé de rester à la semaine de quatre jours et demi, sans polémique aucune.