Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ville de Marseille renonce à dédoubler les classes de CE1 à la prochaine rentrée

-
Par , France Bleu Provence
Marseille, France

Ce lundi matin, le conseil municipal de Marseille doit voter le budget 2018 des écoles. Un million d'euros est prévu pour réduire 39 nouvelles classes de CP à 12 élèves. Mais la ville estime qu'elle n'a pas les moyens de le faire pour les CE1.

A Marseille, 283 classes ont été dédoublées depuis septembre 2017
A Marseille, 283 classes ont été dédoublées depuis septembre 2017 © Maxppp -

C'est encore un conseil municipal qui s'annonce agité. Les élus doivent voter le budget des 444 écoles. Après avoir dédoublé en septembre dernier 283 classes de CP des écoles placées en Rep + (Réseaux d'Education Prioritaire renforcée), la ville va dépenser un million d'euros pour élargir la mesure aux 39 classes des écoles Rep. Il s'agit de réduire les effectifs de ces classes à 12 élèves. Mais pas question de le faire pour les CE1, faute d'espace disponible. 

Des mésententes entre enseignants

Selon la mairie de Marseille, le seul moyen c’est donc la co-intervention, c’est-à-dire, deux professeurs pour une même classe. Elle est déjà mise en place dans 46 classes de CP.  Mais, selon les syndicats, les premiers tests à Marseille ne sont pas positifs. "En France, on n'a pas l'habitude de ça, explique Claire Billès, secrétaire générale du SNUIPP des Bouches du Rhône, syndicat majoritaire des enseignants des écoles.  Au contraire, on nous demande d'être seul maître à bord". Certains enseignants ont même déjà jeté l’éponge parce qu’ils ne s’entendaient pas avec leur collègue.  projet est donc remis en cause par la Mairie de Marseille qui l’a fait savoir à l'Inspection académique et au ministère de l'Education nationale.

La gauche réclame un moratoire sur le plan de rénovation des écoles

La  gauche n'approuve pas la décision de la municipalité. "C'est catastrophique, affirme Benoît Payan, président du groupe socialiste au conseil municipal de Marseille. Etre 12 dans une classe, c'est extrêmement intéressant pour les tout petits.  Mais je crois que la ville de Marseille a très peu d'ambition pour ça". Ce lundi matin, l'opposition compte aussi réclamer à Jean-Claude Gaudin à un moratoire sur le plan de rénovation des écoles. Il prévoit un Partenariat Public Privé (PPP) d'un milliard d'euros.

Benoit Payan, président du groupe socialiste au conseil municipal de Marseille

Choix de la station

À venir dansDanssecondess