Éducation

La violence scolaire : un fléau qui gâche la vie de plus de 700 000 élèves

Par Tanguy Bocconi, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 17 janvier 2017 à 23:10

La violence en milieu scolaire touche 12% des écoliers et des collégiens
La violence en milieu scolaire touche 12% des écoliers et des collégiens © Maxppp - Maxppp

Cette semaine est consacrée à la prévention nationale contre les violences en milieu scolaire. Un programme de sensibilisation lancé il y a trois ans par la Mutuelle Assurance de l'éducation. Moqueries, discriminations, harcèlement, rackets... Les formes de violence à l'école ne manquent pas.

C'est un phénomène qui peut apparaître dès la maternelle avec des rackets de goûters ou des enfants qui s'en prennent régulièrement à d'autres mais en grandissant les choses vont en s'aggravant, avec des brimades quotidiennes, des injures, parfois même des coups, et des humiliations qui peuvent même se prolonger sur les réseaux sociaux.

Cette violence scolaire ordinaire touche chaque année plus de 700 600 élèves en France d’après les estimations de la MAE, soit 12% des écoliers et des collégiens et 7% des lycéens ! Une violence ordinaire qui est donc loin d'être anecdotique et peut avoir de graves conséquences sur la vie des enfants, y compris à long terme.

Une souffrance souvent difficile à détecter

Si les harceleurs à l'école sont parfois d'anciennes victimes qui reproduisent sur les autres ce qu'ils ont eux-mêmes subit, il n'y a pas vraiment de profil type, même si certains contextes familiaux difficiles peuvent favoriser des comportements de violence à l'école. Pas de systématisme non plus en ce qui concerne les cibles de leur acharnement, même si les personnalités des élèves plus faibles et effacés sont évidemment des proies plus faciles, tout comme ceux qui ont une caractéristique physique qui les différencie. Couleur de peau ou de cheveux, surpoids, lunettes, tout est bon pour servir de prétexte.

La violence scolaire peut débuter trés tôt - Lucien BardeCabusson délégataire MAE dans la Loire

Pour les parents comme les enseignants, il faut donc redoubler de vigilance pour mettre fin à ces situations à risque. Cela passe avant tout par l'observation et le dialogue avec les enfants mais aussi les enseignants. Savoir être attentif au moindre signe de détresse enfantine (silences, isolement social, réflexes de craintes instinctifs...) et surtout ne pas chercher à régler les problèmes tout seul, ce qui ne fait généralement qu'aggraver les choses, mais en parler autour de soi.

Enfin, il existe deux numéros dédiés à la fois pour signaler des cas de violence scolaire ou bien se confier à des professionnels : le 3020 pour les cas de harcèlement et le 0 800 200 000 pour tout ce qui concerne le harcèlement sur internet.

"Je n'arrêtais pas de pleurer...le harcélement, c'est trés dur à supporter" Marion, 9ans scolarisée en CM2 à St Etienne