Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Être prêtre et président d'Université n'est pas incompatible selon le tribunal administratif de Strasbourg

jeudi 14 décembre 2017 à 12:04 Par Lucile Guillotin, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Le tribunal administratif de Strasbourg a rejeté ce jeudi la requête du Syndicat national de l'enseignement supérieur qui contestait l'élection de Michel Deneken à la présidence de l'Université du 13 décembre 2016. Il estime qu'être prêtre et président n'est pas incompatible.

Michel Deneken, le président de l'Université de Strasbourg
Michel Deneken, le président de l'Université de Strasbourg © Maxppp -

Strasbourg, France

Être prêtre et président de l'université de Strasbourg n'est pas incompatible. Le tribunal administratif de Strasbourg est catégorique. Il a rejeté ce jeudi matin la requête du syndicat enseignant SNESUP-FSU qui contestait l'élection de Michel Deneken au nom de la laïcité.  Pour le syndicat, on ne peut pas être à la fois prêtre et président d'université.  

"Mon éligibilité au regard de la constitution est inattaquable" 

Le tribunal rappelle aussi que c'est inscrit dans le code de l'éducation : rien ne s'oppose à l'élection d'un ecclésiastique. Pour être élu président, il suffit de faire partie du personnel enseignant ou associé à l'université.  C'est le cas de Michel Deneken, qui est professeur à la faculté de théologie catholique. Il ne cache pas sa satisfaction : "C'est une décision qui va dans le sens du droit français puisque mon éligibilité était en cause et que celle-ci au regard du droit français et de la constitution est inattaquable."

Le débat avait été relancé depuis ce week-end. Le samedi 9 décembre, Michel Deneken devait célébrer une messe à la chapelle Notre-Dame-de-Sion à Strasbourg. Il y a finalement renoncé. Cela n'a pas empêché plusieurs syndicats de monter encore au créneau. Et le président de l'université a dû se défendre, une nouvelle fois, de tout mélange des genres.