Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"Laissez-nous revenir" : le cri du cœur des étudiants de Limoges

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Limousin

Avant de rejoindre la manifestation du monde de l'éducation ce mardi après-midi, une quinzaine d'étudiants ont investit un amphithéâtre de la fac des sciences et techniques de Limoges dans la matinée. Ils réclament la reprise des cours en présentiel et pas seulement un jour par semaine.

Respecter les gestes barrières dans un amphithéâtre, c'est tout à fait possible pour ces étudiants de Limoges qui veulent revenir suivre leurs cours physiquement.
Respecter les gestes barrières dans un amphithéâtre, c'est tout à fait possible pour ces étudiants de Limoges qui veulent revenir suivre leurs cours physiquement. © Radio France - Nathalie Col

Ils se disent "à bout", usés et démotivés par les journées à suivre les cours derrière leurs écrans d'ordinateurs et c'est pour réclamer du changement qu'une quinzaine d'étudiants se sont retrouvés dans un amphithéâtre ce mardi matin à la fac des sciences et techniques de Limoges. Des jeunes d'une vingtaine d'années qui semblent porter tout le poids du monde sur leurs épaules. Ils ont même fabriqué un cercueil en carton pour symboliser leur détresse. 

Les étudiants de Limoges s'inquiètent pour leur avenir et sont de plus en plus nombreux à se sentir isolés et à broyer du noir en raison des restrictions liées à la crise sanitaire.
Les étudiants de Limoges s'inquiètent pour leur avenir et sont de plus en plus nombreux à se sentir isolés et à broyer du noir en raison des restrictions liées à la crise sanitaire. © Radio France - Nathalie Col

Parmi les élèves mobilisés, Camille Thurmes s'inquiète des appels de désespérés de plus en plus fréquents qu'elle reçoit. Elle préside le bureau des élèves de la filière STAPS (sport) à l'université de Limoges et elle constate que de plus en plus d'étudiants baissent les bras et sombrent dans la dépression. "J'ai peur, j'ai des étudiants qui m'appellent en pleurs et me disent : je peux plus, je tiens plus. Ils ne voient plus d'avenir." Les idées suicidaires ne sont pas forcément ouvertement évoquées dans ces conversations, mais les récents drames chez les étudiants sont dans toutes les têtes. "Il y a aussi ceux qui n'appellent pas et qui restent isolés, c'est là qu'on en arrive aux drames" souligne également la jeune femme de 21 ans.

Des étudiants de la filière STAPS (sport) brandissent des pancartes devant un bâtiment de l'université de Limoges, pour montrer leur détresse.
Des étudiants de la filière STAPS (sport) brandissent des pancartes devant un bâtiment de l'université de Limoges, pour montrer leur détresse. © Radio France - Nathalie Col

Face à cette détresse, les étudiants ont tenu à participer à la mobilisation nationale dans le monde de l'éducation ce mardi. Pour les universités, ils réclament plus de cours en présentiel. Sachant que pour l'instant seuls les étudiants de première année peuvent revenir en cours en demi-groupes, uniquement pour les travaux dirigés. Dans les prochains jours, ce devrait être 20% de cours en présentiel pour tous, soit une journée par semaine. "Insuffisant" tranchent Camille et ses camarades. Ils réclament plus de salles, plus de professeurs et plus de personnels administratifs pour permettre une reprise à plus grande échelle, dans le respect des gestes barrières.

Ils ont aussi réécrit les paroles d'une célèbre chanson pour faire passer le message :

"Avoir une pensée pour les étudiants ça ne suffit pas, il faut des actes !" - un étudiant de l'université de Limoges

Pour se faire entendre, les étudiants de l'université de Limoges ont également défilé entre la fac de droit et le rectorat ce mardi après-midi. Ils ont rejoint sur place les syndicats enseignants et des lycéens qui, entre autres revendications, dénoncent eux aussi la gestion de la crise sanitaire. Ces jeunes veulent y voir plus clair pour leur avenir et espèrent que des mesures à la hauteur de leurs attentes, tout en se disant conscients de la situation sanitaire. Pour l'instant, ils ont juste le sentiment d'être "une génération sacrifiée qui n'est pas du tout prise en considération."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess