Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Landes : 395.000 euros de l'Etat pour le dispositif "vacances apprenantes"

-
Par , France Bleu Gascogne

L'Etat va débloquer une enveloppe exceptionnelle de 395.000 euros dans les Landes pour financer localement le dispositif "vacances apprenantes". Un dispositif avec trois volets : l'école ouverte, les colos apprenantes et les accueils de loisirs.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - DAREK SZUSTER

Le confinement puis le déconfinement progressif ont bouleversé notre quotidien, et notamment celui des enfants. Ils ont eu un accès limité à l'école et aux activités éducatives, sportives et culturelles. 

Début juin, le ministère de l'Education avait annoncé le déblocage de 200 millions d'euros pour financer le dispositif "vacances apprenantes", qui doit permettre à "un million" d'élèves de rattraper pendant l'été le retard accumulé depuis le début du confinement. Dans les Landes, la somme consacrée sera de 395.000 euros

Ce dispositif national se compose de trois volets, déclinés également dans les Landes : l'école ouverte, les colos apprenantes et les accueils de loisirs.

Les "Colos apprenantes"

Elles incluent des temps de loisirs éducatifs et de renforcement des apprentissages. Il s’agit de proposer aux enfants et aux jeunes, cet été, des activités concrètes leur permettant de mener des expériences tant individuelles que collectives, d’exercer leurs aptitudes, de découvrir des domaines très variés (développement durable, numérique, sciences, sport, langues étrangères, culture). Ils auront tout particulièrement la possibilité, cette année, de bénéficier d’un renforcement de leurs compétences et de leurs apprentissages afin de les aider à réussir la prochaine rentrée scolaire.

Ces "Colos apprenantes" vont bénéficier d’une aide exceptionnelle de l’État de 200.000 euros. Cette aide, versée aux organisateurs landais de séjours, s’adresse aux enfants et aux jeunes scolarisés de 3 à 17 ans, en priorité ceux domiciliés en quartiers politique de la ville, mais également en zones rurales (ZRR), issus de familles isolées ou monoparentales ou en situation socio-économique précaire, enfants en situation de handicap. 

Elle vient en complément des aides habituelles de de la CAF (200.000 euros pour la période estivale) et du Conseil départemental des Landes, et d’aboutir à une prise en charge complète du coût du séjour pour de nombreuses familles, "pour que le frein financier n'en soit pas un, que ces colonies soient accessibles au plus grand nombre" rajoute la préfète des Landes. 

Cécile Bigot-Dekeyser, qui incite les familles à inscrire leurs enfants cet été : "Ce sera très bénéfique pour les jeunes, ils vont retrouver une vie sociale, collectives et des activités dont ils ont été privés pendant plusieurs mois." Elle tient également à rassurer sur les moyens déployés sur le plan sanitaire.

En outre, le ministère de la Culture mobilise des crédits : un million d'euros en région Nouvelle- Aquitaine pour le financement des projets culturels au sein des "colos apprenantes". 

Dans les Landes, en 2019, 900 séjours ont été organisés et 25.000 jeunes accueillis. 

Les centres de loisirs

Ils sont un autre levier pour la socialisation des enfants et ainsi faciliter la rentrée scolaire. Les organisateurs de centres de loisirs (essentiellement les collectivités locales dans le département des Landes) bénéficient du soutien financier de la Caisse d’Allocations Familiales, 1.400.000 euros en 2019 pour l'accueil extrascolaire. Depuis le 12 mai, les centres de loisirs ont pu recommencer à fonctionner dans le respect d'un protocole sanitaire strict. Depuis le 15 juin, la CAF ne verse plus ses aides aux structures qui n'auraient pas encore rouvert, justement pour les inciter à le faire. 

En parallèle, pour maintenir la capacité d'ouverture au cours de l’été 2020, les services de l’État mobilisent une enveloppe exceptionnelle de 195.000 euros afin de permettre le maintien des capacités d’accueils en particulier dans les territoires les plus fragiles.

L'école ouverte 

Le dispositif existe déjà pour les quartiers "politique de la Ville", les écoles en éducation prioritaire, à destination des collégiens et des élèves en fin d'école élémentaire. Nouveauté cet été : il va être étendu à tous les les niveaux sur tout le département. Il s'agit de soutien scolaire le matin, "qui peut être de l'ordre du renforcement, de l'aide à l'orientation, de la préparation pour les lycéens aux épreuves de rattrapage du bac", détaille le Directeur Départemental des Services de l'Education Nationale, Luc Pham, et l'après-midi des activités sportives, culturelles, développement durable, etc... 

Tous les enfants sont concernés, mais toujours en donnant la priorité à ceux qui ont été plus fragilisés par la crise : les quartiers "politique de la Ville", l'éducation prioritaire, les zones rurales isolées, les enfants en situation de handicap. 

Cette école ouverte aura lieu les deux semaines après la sortie des classes et les deux semaines précédent la rentrée de septembre. "Il y a fort à penser que cette année, l'effort sera porté sur le mois d'août" explique Luc Pham, "car il y a eu tellement de perturbations qui ont touché l'école et sans aussi une fatigue des enseignants"

Le principe de l'école ouverte, comme les "stages de réussite", fonctionne sur le volontariat des enseignants. "En dépit de la période que l'on vient de subir, je suis persuadé que les enseignants sont soucieux et voient l'importance que cela revêt pour la réussite des élèves", répond le DDSEN. 

Pour mettre en place cette école ouverture, l'Inspection d'Académie des Landes recense donc les enseignants volontaires, puis établira une cartographie avec des pôles et recensera les familles volontaires. Elle est aussi en rapport avec les associations, souvent les mêmes que pour les "colos apprenantes", pour s'occuper des activités l'après-midi, "s'il n'y a que quatre élèves dans une école isolé, ça va être sans doute un peu plus compliqué de proposer quelque chose l'après-midi". 

Les effectifs ? Il n'y a pas de norme. Habituellement, un groupe d'école ouverte est composé de 30 enfants, mais "on est en capacité de descendre en dessous, ayant bien conscience qu'il faut tout faire pour que ces enfants bénéficient de dispositifs intéressant".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess