Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Landes : les enseignants veulent la reprise, mais questionnent la sécurité sanitaire

-
Par , France Bleu Gascogne

Si les enseignants souhaitent que les élèves retrouvent le chemin de l'école, l'application des mesures de sécurité sanitaire pose question, surtout avec les jeunes enfants.

Le ministre de l'Éducation a annoncé une reprise progressive à partir du 11 mai. (photo d'illustration)
Le ministre de l'Éducation a annoncé une reprise progressive à partir du 11 mai. (photo d'illustration) © Getty - krisanapong detraphiphat

Le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a détaillé ce mardi ses premières pistes pour une reprise progressive de l'école à partir du 11 mai.

La reprise pourrait se faire sur trois semaines, avec des groupes de 15 élèves maximum. Les grandes sections, CP et CM2 devraient être les premiers à reprendre.

Mais pour les enseignants, qui dit reprise dit application de mesures sanitaires strictes. Or ces mesures ne sont pas toujours faciles à mettre en place en classe avec des élèves...

"Les gestes barrières, avec les petits, c'est compliqué"

"La reprise, les enseignants la veulent, parce qu'on sait bien qu'on a perdu quelques élèves... Mais comment s'organiser ? Comment être sûr que toute la sécurité sanitaire est mise en place ?", s'interroge Cathy Blain, secrétaire départementale du SNUIPP-FSU des Landes (Syndicat national unitaire des instituteurs, professeurs des écoles et PEGC).

Dans l'enseignement du premier degré, les mesures de précaution sont parfois difficilement applicables, rappelle Cathy Blain : "Les gestes barrières, avec les petits, c'est quand même compliqué. Porter un masque toute une journée, ce ne sera pas possible. Se laver les mains, ce sera possible dans certains endroits mais pas dans d'autres. La distanciation sociale, quand on est avec des tous petits, qu'il faut les aider, les accompagner dans les apprentissages, ce n'est pas possible non plus". 

Elle conclut : "Nous, c'est ce cordon sanitaire qu'il va falloir mettre en place qui nous pose question".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess