Éducation

Langue basque : une rentrée "historique" mais... pas assez de profs !

Par Romain Dézèque, France Bleu Pays Basque jeudi 20 octobre 2016 à 18:51

Le collège Marracq de Bayonne, un des deux collèges publics ayant atteint la parité horaire entre langue basque et française
Le collège Marracq de Bayonne, un des deux collèges publics ayant atteint la parité horaire entre langue basque et française © Radio France - Valérie Menut

L'apprentissage de la langue basque ne s'est jamais aussi bien porté selon l'Office public de la langue basque (OPLB). Les chiffres de la rentrée 2016, présentés jeudi, sont très bons. Seulement il n'y a plus assez d'enseignants en langue basque. Il y a urgence selon l'OPLB.

Le dossier présenté par l'Office public de la langue basque (OPLB) est très flatteur : l'ensemble des statistiques démontre que l'euskara a de plus en plus d'adeptes, que ce soit dans le public, le privé ou à Seaska. La rentrée 2016 est "une rentrée historique" selon le président de l'OPLB Mathieu Bergé, grâce notamment à six ouvertures de classes bilingues en primaire public (Bassussary, Souraïde, RPI Iholdy/Lantabat, RPI de Larceveau, Arnéguy et St-Jean-le-Vieux) et quatre expérimentations d'immersion en maternelle. "Une avancée très forte" commente le président de l'OPLB, qui se traduit par deux chiffres évocateurs : désormais, 6 écoles publiques sur 10 proposent du bilingue et près de la moitié des enfants (45%) scolarisés en maternelle apprennent le basque, toutes filières confondues (privé, public et Seaska). Pour ce qui est du second degré, le succès se confirme aussi, mais dans une moindre mesure. Que ce soit dans le public, le privé ou à Seaska, il y a de plus en plus d'élèves qui travaillent en enseignement bilingue : hausse de 9,6% à 18,4% pour les collégiens (de 2004 à 2016) et hausse de 6,6% à 9,9% pour les lycéens (de 2004 à 2016).

10 enseignants recrutés... pour 24 postes !

Ce succès pose problème : il n'y a pas assez d'enseignants bascophones. "La situation est critique" estime même le Directeur académique Pierre Barrière. Sur les deux dernières années par exemple, seuls dix candidats ont obtenu le concours de professeur alors qu'il y avait 24 postes à pourvoir ! C'est pourquoi une convention vient d'être signée entre les universités, l'Education nationale et l'OPLB pour intensifier la formation des enseignants basques. Il s'agit de proposer des formations intensives "auprès des apprentis-enseignants" explique Mathieu Bergé, "qui vont être rémunérés pendant leur formation universitaire et être également formés de manière intensive en langue basque. L'offre vise également les profs déjà diplômés qui enseignent en français mais qui souhaitent enseigner en basque."

Partager sur :