Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Langues régionales : leur enseignement est-il anticonstitutionnel ?

La ministre Jacqueline Gourault a déclaré devant le Sénat que l'enseignement par immersion des langues régionales dans l'Education Nationale va à l'encontre de la Constitution. C'est la levée de bouclier chez les parents d'élèves qui dénoncent une "position idéologique".

Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales.
Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales. © Radio France - Alexandre Blanc

"L'enseignement immersif est possible dans les écoles privées, comme les Diwan, mais pas dans les écoles publiques, car on ne peut pas l'imposer aux parents", c'est pourquoi "un enseignement immersif à l'école publique est anticonstitutionnel". Les propos de la ministre des Relations avec les collectivités territoriales, devant les sénateurs, ont provoqué l'émotion en Pays basque, où il existe 17 écoles qui pratiquent cet enseignement depuis une dizaine d'années.

Jacqueline Gourault: "l'enseignement immersif est possible dans le privé mais pas dans le public"

Le gouvernement est clairement opposé à l'immersion. — Max Brisson, sénateur LR

Les élèves ont une enseignante pour l'euskara et une pour le français
Les élèves ont une enseignante pour l'euskara et une pour le français © Radio France - Bixente Vrignon

Ces propos ont été tenus au cours du débat sur le statut de l'Alsace et le sénateur Les Républicains des Pyrénées-Atlantiques, Max Brisson a répondu à la ministre en soulignant un changement de doctrine où "tout ce qui dépasse doit être rasé". Évoquant le cas du Pays basque, le sénateur accuse qu' "il y a une volonté de ce gouvernement de remettre en cause les expérimentations immersives à l'école publique. J'avais des doutes, mais je vais pouvoir dire au Pays Basque que le gouvernement est clairement opposé à l'immersion".

Max Brisson (LR): "J'avais des doutes, je vais pouvoir dire que le gouvernement est clairement opposé à l'immersion".

Une opposition idéologique — Marie-Andrée Ouret, Biga Bai

Attention!   Ikastola en colère
Attention! Ikastola en colère © Radio France - Amaia Cazenave

Les parents d'élèves relèvent une "position idéologique" et une "méconnaissance du dossier". Pour Thierry Delobel, de l'association Ikas Bi, la ministre se trompe, "elle ne connait pas bien son sujet, c'est une expérimentation et ça rentre dans le cadre de la loi. On va interroger le ministère de l'Education Nationale sur ce sujet", dénonçant que "tout ça dénonce une position idéologique".

Thierry Delobel (Ikas Bi): "On va se défendre bec et ongles, comptez sur nous!"

Marie-Andrée Ouret préside l'association Biga Bai. Elle trouve "curieux qu'on vienne dire que l'expérimentation est anticonstitutionnelle. Ça n'est jamais imposé aux parents. C'est surprenant, inquiétant, une très mauvaise nouvelle, c'est clairement une opposition idéologique", relève-t-elle aussi.

Marie-Andrée Ouret (Biga Bai): "J'ai assisté à plusieurs réunions où Education Nationale défendait l'immersion".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess