Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le campus du Tertre de l'Université de Nantes à nouveau bloqué

mardi 13 mars 2018 à 17:37 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

Pas de cours en amphi. Pas d'examens. La présidence a suspendu les activités se déroulant sur une partie du campus après que des étudiants aient barricadé les accès dès 6h du matin.

Sur le campus du Tertre ce mardi 13 mars 2018.
Sur le campus du Tertre ce mardi 13 mars 2018. © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes, France

L'accès est bloqué par des barricades, grilles de chantier, cagettes, branches d'arbres, containers à ordures mais il y a beaucoup de vie malgré tout sur le campus du Tertre. 

Banderoles et slogans

Les étudiants privés de cours vont et viennent à la Bibliothèque, et à l'approche de midi ils prennent le chemin du Restaurant Universitaire. Ils passent devant des banderoles accrochées aux fenêtres ainsi qu'au milieu de slogans hostiles au président de l'université tagués un peu partout. 

L'expulsion du campus de 150 migrants la semaine dernière fait partie des raisons du blocus.  - Radio France
L'expulsion du campus de 150 migrants la semaine dernière fait partie des raisons du blocus. © Radio France - Pascale Boucherie

150 chaises en plein air

Les raisons de la colère :  c'est Parcours Sup (le nouveau système d'affectation post bac). Les bloqueurs dénoncent une sélection élitiste de l'entrée à l'université. Mais pas que. Ils sont consternés aussi par l'expulsion de 150 migrants la semaine dernière. D'ailleurs symboliquement 150 chaises sont installées en plein air. 

Une chaise pour chaque migrant expulsé la semaine dernière des locaux de l'Université. - Radio France
Une chaise pour chaque migrant expulsé la semaine dernière des locaux de l'Université. © Radio France - Pascale Boucherie

Vincent est prof de philo. Il n'a pas pu donner cours. 

Je suis arrivé et les bâtiments étaient bloqués. Je ne peux pas aller à mon bureau ni aller faire cours". - Vincent, prof de philo

Les étudiants en lettres, histoire, langues, sciences éco, psycho (etc) n'ont ni cours ni évaluation. Il y a ceux que ça gênent, et qui comme Dorothée ont du mal à accepter de perdre quatre heures de cours et de ne pas pouvoir plancher sur son examen blanc  :

Très égoïstement je le vis assez mal"." - Dorothée, étudiante en psycho Master 1

Et il y a ceux qui sont favorables à cette situation :

Moi ça ne me gêne pas vraiment." - David, étudiant en Histoire L1

On est tous concernés par l'expulsion des migrants."- Mélanie, étudiante en socio L1

Blocus reconductible

Le blocus pour autant n'est pas total. Les étudiants en droit ne sont pas concernés. Pas plus que ceux, voisins,des grandes écoles Audencia et Ecole Centrale. Rien à signaler non plus quelques centaines de mètres plus loin sur le Campus Lombarderie où sont enseignées les sciences et les techniques.

Le blocus est reconductible. Une nouvelle AG est prévue ce mercredi 8h30. Et une manif est annoncée pour ce jeudi 14h30 dans le centre ville de Nantes place du Cirque.

Le compte facebook de l'Université de Nantes (capture écran). - Aucun(e)
Le compte facebook de l'Université de Nantes (capture écran). -