Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le collège de Yerville en lutte contre le harcèlement scolaire

Le collège Henri de Navarre, à Yerville, a fait de la lutte contre le harcèlement scolaire une priorité. A l'occasion de la journée nationale, consacrée à ce sujet, organisée ce jeudi 7 novembre, une journée y est organisée.

Le collège Henri de Navarre à Yerville
Le collège Henri de Navarre à Yerville - Capture d'écran Google Maps

Yerville, France

Ce jeudi 7 novembre, c'est la journée nationale contre le harcèlement scolaire. Une journée forcément particulière au collège Henri de Navarre à Yerville. Le collège a érigé ce combat comme priorité depuis quelques années. 

"Il y a beaucoup de projets différents, détaille la principale du collège, Martine Lecomte. D'abord il y a une journée d'intégration pour les sixièmes, où on travaille la coopération, l'entraide. Les quatrièmes réalisent des scénettes de théâtre autour du harcèlement, et on fait intervenir l'équipe mobile de sécurité du Havre, qui a notamment pour mission de former des copains vigilants et des ambassadeurs, et ce depuis quatre ans." 

Une trentaine d'élèves "ambassadeurs"

Ce dernier dispositif étant la pierre angulaire du système. Dès leur arrivée au collège, les élèves peuvent devenir d'abord un "copain solidaire", puis un "ambassadeur". Des élèves chargés de vérifier que personne n'est harcelé, ou isolé. Les élèves victimes sont souvent tenter de se renfermer sur eux-mêmes, et de n'en parler à personne, alors un regard d'enfant est parfois plus propice à détecter ce mal-être. 

"C'est une cause qui m'est très importante, détaille Maylis, en classe de troisième et ambassadrice depuis sa sixième. Je l'ai subi avant, et je veux que personne d'autre ne le subisse, explique la jeune fille, qui a déjà repéré et dénoncé des situations compliquées.

ECOUTEZ Maylis, sur sa mission en tant qu'ambassadrice anti-harcèlement

Ce ne sont pas des justiciers." Mehdi Chati, formateur des "ambassadeurs"

Des élèves chargés de dénoncer, cela peut parfois être mal vu au sein des autres élèves : "On peut être traité de balance, confirme Simon, autre ambassadeur âgé de 14 ans, mais on sait que c'est notre rôle, quoiqu'il arrive on va continuer à le faire, on le fait pour le bien des autres". 

"Ce ne sont pas des super-héros, ni des justiciers, ils accomplissent leur mission de citoyen", détaille à ce sujet Mehdi Chati, agent de prévention de l'équipe mobile de sécurité du Havre, chargé de former ces ambassadeurs. 

ECOUTEZ Mehdi Chati sur le profil des ambassadeurs

Un dispositif qui convainc les parents d'élèves : "Nous ne sommes pas un collège difficile, rassure Martine Lecomte, mais cela a un effet rassurant. Au moment des inscriptions, des parents d'élèves viennent me voir pour me demander si ce dispositif sera toujours proposé." 

Aujourd'hui, une trentaine d'élèves sur les 600 que compte le collège sont des copains vigilants ou des ambassadeurs. Mais la relève va être formée, le dispositif va être proposé aux jeunes sixièmes arrivés lors de la rentrée de septembre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu