Éducation

Le collège Jean-Zay à Valence donne une partie du surplus de sa cantine aux Restos du Cœur insertion de la Drôme

Par Charlotte Coutard, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu mardi 20 octobre 2015 à 5:00

Restos du Coeur, image d'illustration.
Restos du Coeur, image d'illustration. © Radio France - Radio France

C'est une première dans le département. Une convention vient d'être signée entre les Restos du Coeur de la Drôme, secteur insertion, et le collège Jean Zay de Valence. Certains produits non consommés par les collégiens sont donnés à l'association.

C'est un partenariat de plus au profit des Restos du Cœur Insertion de la Drôme !  Désormais des produits non consommés par les élèves, encore emballés, et bien sûr non périmés, sont donnés à l'association. Le partenariat est testé depuis la mi-juin, mais la convention a été officiellement adoptée par le conseil départemental de la Drôme ce lundi.

Beaucoup de gaspillage évité

Au collège Jean Zay, il n'y a pas de cuisine équipée. Les repas de la cantine sont préparés au collège Camille Vernet, puis livrés à Jean Zay en portions individuelles. Les commandes sont effectuées à l'avance, difficile donc d'être précis sur le nombre de repas qu'il faut chaque jour. Il y a donc parfois du surplus, qui ne peut pas être stocké ou réutilisé, et qui avant finissait à la poubelle. Désormais donc, certains produits sont sauvés.

186 yaourts et 70 kilos de fruits récoltés

Une fois par semaine, le jeudi, des membres de l'association viennent au collège avec des glacières, et récupèrent certains produits : essentiellement des yaourts, du pain et des fruits. 186 yaourts et 70 kilos de fruits ont ainsi été redistribués ces dernières semaines aux résidentes d'un foyer de Valence,_* des femmes victimes de violence ou sans domicile fixe. **Evidemment ce sont des produits non périmés, ***_dont la date de péremption est supérieure à 15 jours.

Ce qui est récupéré n'est pas acheté, c'est toujours ça de gagné !

Reportage France Bleu Drôme-Ardèche

"Les laitages sont des produits chers en général. Ce qui est récupéré n'est pas acheté, c'est toujours ça de gagné", explique Annie Robin, secrétaire départementale de l’association Restos du Cœur Insertion de la Drôme, _"et puis d'un point de vue éthique, ne pas gaspiller la _nourriture alors qu'il y a des gens qui ont de grosses difficultés à se nourrir, c'est très important".

Diviser le gaspillage par deux

Cette convention s'inscrit dans un cadre plus large de lutte contre le gaspillage dans les collèges. L'objectif est de diviser le gaspillage alimentaire par deux dans les prochaines années, et donc d'économiser 200 tonnes de produits par an, soit 600 000 euros. 1 892 000 repas sont servis chaque année dans les 30 collèges publics pilotés par le département.