Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Covid 19 complique la recherche d'alternance pour certains étudiants mosellans

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

À deux semaines de la rentrée, certains étudiants mosellans n'ont pas encore trouvé d'alternance pour la suite de leurs études. C'est le cas d'un jeune couple de Metz qui a envoyé des centaines de candidatures. L'incertitude économique ne les aide pas vraiment.

Laura Tonneli et Mathias Legros peinent à trouver leur alternance depuis le le mois de juin.
Laura Tonneli et Mathias Legros peinent à trouver leur alternance depuis le le mois de juin. © Radio France - Raphaël Aubry

Environ 2.000 étudiants mosellans choisissent chaque année la voie de l'alternance. Cela permet d'effectuer une partie de leur formation en entreprise et le reste à l'école. Dans ce contrat, l'employeur paie les frais de scolarité de l'étudiant et lui verse un salaire. Toutefois, en cette période de Covid-19, ils sont plusieurs à ne pas décrocher d'alternance. Certaines entreprises semblent réticentes à embaucher, notamment dans le secteur du tertiaire, un des plus touché par le Covid.

300 CV envoyés à des entreprises

Laura Tonneli et Mathias Legros, un jeune couple messin de 20 ans, en fait les frais. Elle, recherche dans le marketing et lui dans la finance. Depuis le mois de juin, ils ont envoyé plusieurs centaines de candidatures, qui ont toutes été refusées. "C'est la galère. Le stresse arrive de plus en plus, parce qu'on approche de la rentrée. Sur 300 CV quand même vous imaginez. Le 1er septembre si je n'ai rien, je n'ai pas d'école", commente la jeune femme. 

"Je regarde à Paris, partout dans l'Est et même au Luxembourg, mais j'ai que des refus"

Après un DUT dans le commerce et quelques expériences dans l’événementiel, Laura pensait avoir ses chances. Surtout, que la mosellane a fait exprès de ne pas viser un poste précis, afin de multiplier les opportunités, pour son bachelor marketing à Metz : "Au final, pas du tout. Je regarde à Paris, partout dans l'Est et même au Luxembourg, mais j'ai que des refus." Même situation pour son copain Mathias, qui souhaite intégrer une école de finance de l'autre côté de la frontière. Lui préfère garder le moral. Comme son amie, il a déjà passé quelques entretiens mais reste "dans l'attente" d'une réponse positive. "Mon école me soutient. Souvent, ça se débloque à la rentrée il paraît, mais avec le Covid-19 on verra bien", explique-t-il. 

Aussi, sans entreprise pour débuter leur alternance, Mathias et Laura vont devoir passer en formation initiale, au sein de leur école privé. Cela veut dire que les frais de scolarité seront à leur charge. "Je pourrai tout de même suivre la formation. Je peux m'en sortir en travaillant à côté, mais ça reste problématique", continue le messin.

Les aides de l'Etat pour recruter des alternants

Le jeune couple pensait que les aides accordées par le Gouvernement aux entreprises, pour recruter avec le Covid-19, allaient les aider. Ces dernières peuvent recevoir 8.000 euros la première année, pour chaque alternant recruté. Mais selon Mireille Wagner, la directrice de la Chambre du commerce et de l'industrie en Moselle (CCI), ce n'est pas si simple : "Cela vient plutôt conforter une décision, peut-être faciliter la signature du contrat, mais a elle seule cette mesure ne permet pas la création d'un poste." 

Tous les secteurs ne sont pas touchés de la même manière, précise Mireille Wagner. Le nombre d'alternants en pharmacie ou dans l'immobilier, par exemple, est en hausse de 17%, pour les formations proposées par la CCI. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess