Éducation

Le "Défi Zéro Gaspi" bientôt étendu à tous les collèges publics de Vendée

Par Emmanuel Sérazin, France Bleu Loire Océan lundi 13 novembre 2017 à 17:30

Les bacs permettent aux élèves de voir la quantité de nourriture jetée chaque jour
Les bacs permettent aux élèves de voir la quantité de nourriture jetée chaque jour © Radio France - Emmanuel Sérazin

Le Conseil Départemental de la Vendée a confirmé ce lundi son intention de généraliser le "Défi Zéro Gaspi" à l'ensemble des collèges publics du département. Dans les établissements pilotes, le résultat est flagrant: la quantité de nourriture jetée est divisée par deux.

Les élus départementaux s'étaient donnés rendez-vous ce lundi au collège du Golfe des Pictons, à l'Ile d'Elle dans le sud Vendée, pour dresser un premier bilan de l'opération lancée en janvier 2017 dans 7 collèges vendéens, et étendue à une dizaine de collèges supplémentaires depuis septembre dernier. Le principe est simple, et se décompose en plusieurs étapes. D'abord, les élèves sont servis à l'assiette, en fonction de la quantité et des aliments demandés. A la fin du repas, les déchets alimentaires sont triés par famille et versés dans des bacs (entrée, poisson-viande, accompagnement et dessert). Un visio-pain, une colonne transparente, vient compléter le dispositif. Une semaine par mois, les demi-pensionnaires assistent à la pesée de ces déchets alimentaires, pour mieux mesurer les efforts réalisés par chacun.

Aux Pictons, chaque élève doit se limiter à deux morceaux de pain, avec la possibilité d'en reprendre ensuite. - Radio France
Aux Pictons, chaque élève doit se limiter à deux morceaux de pain, avec la possibilité d'en reprendre ensuite. © Radio France - Emmanuel Sérazin

La quantité de nourriture gaspillée est divisée par deux

A l'Île d'Elle, le dispositif est testé depuis janvier dernier. Et les résultats sont très encourageants. Aujourd'hui, le gaspillage alimentaire se limite à 73 grammes par repas et par élève, alors que la moyenne nationale est de 135 grammes, soit le double. C'est le début du cercle vertueux : jeter moins de nourriture, cela revient aussi à acheter moins de matières premières.

Nous avons fait le calcul : pour une cantine servant 500 repas quotidiens pendant 200 jours dans l'année, la baisse du gaspillage représente une économie de 30 à 40 000€ par an - Laurent Boudelier, conseiller départemental en charge des collèges

Chaque élève est servi individuellement, selon la quantité et les aliments demandés - Radio France
Chaque élève est servi individuellement, selon la quantité et les aliments demandés © Radio France - Emmanuel Sérazin

Mais l'élu précise aussitôt qu'il ne s'agit pas de faire des économies, mais plutôt de réinvestir cet argent dans l'achat des matières premières, en favorisant la qualité et la proximité. Ainsi, à la cantine des Pictons, le chef n'achète plus du tout de viande congelée. Du porc à la volaille en passant par le boeuf, il ne sert aux élèves que du frais, et surtout, il peut se permettre d'acheter une viande de meilleure qualité "avec moins de gras et de nerfs". Idem pour les légumes, qui sont produits à moins de 100km à la ronde. Et comme les plats sont meilleurs, les élèves en laissent moins dans les assiettes. La boucle est bouclée.

Les aliments sont triés par familles à la fin du repas - Radio France
Les aliments sont triés par familles à la fin du repas © Radio France - Emmanuel Sérazin

Le "Défi Zéro Gaspi" est déjà lancé dans 17 collèges, et il sera étendu aux 34 collèges publics de Vendée d'ici la rentrée de septembre. D'ici 2019, le Conseil Départemental se fixe un objectif : servir dans les cantines 100% de produits français, 50% de produits achetés à moins de 100km, et 20% de produits bio. Cette chasse au gaspi permettra aussi de maintenir le prix actuel du ticket de cantine dans les collèges : un repas est facturé, en moyenne, 2€95.