Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le député girondin Loïc Prudhomme veut des cours d'éducation alimentaire à l'école

mercredi 10 octobre 2018 à 16:51 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Alors que la Semaine du goût se poursuit jusqu'à vendredi, le député girondin Loïc Purd'homme, de La France insoumise, a montré son hostilité à cette manifestation. Il a présidé une commission à l'Assemblée nationale sur le sujet, et propose une heure de cours par semaine, de la maternelle à la 3e.

Le député Loïc Prud'homme dans les studios de France Bleu Gironde, en janvier dernier.
Le député Loïc Prud'homme dans les studios de France Bleu Gironde, en janvier dernier. © Radio France

Bordeaux, France

Il n'aime pas la semaine du goût. Le parlementaire girondin de La France Insoumise, Loïc Prudhomme l'a fait savoir, ce lundi, dans un communiqué de presse. 

Dans celui-ci, il propose donc une mesure marquante : la mise en place d'une heure par semaine, dédiée à l'éducation alimentaire, de la maternelle à la troisième. "C'est un choix politique, de mettre une heure de cours, on peut trouver la place. On dit que les enfants doivent savoir lire, mais je préfère qu'ils apprennent à lire pour pouvoir lire les étiquettes de ce qu'il mangent". 

Les explications de Loïc Pruid'homme

L'Education nationale prévoit déjà une mission d'éducation à l'alimentation, mais sans y consacrer expressément des heures dans les programmes. Elle se contente d'indiquer que "tous ces cours doivent être l’occasion de transmettre des informations". 

De son côté, la présidente de la la FCPE Gironde, la principale fédération de parents d'élèves, Stéphanie Anfray se dit plutôt d'accord avec le député sur le fond. Mais n'est pas convaincue de l'utilité s'y consacrer des heures de cours, préférant un apprentissage hors temps scolaire. 

"L'éducation au goût est l'affaire de tous les acteurs éducatifs, pour Stéphanie Anfray.

Celui qui est député de la 3ᵉ circonscription de la Gironde (Bordeaux Sud , Bègles, Talence, Villenave d'Ornon) juge que la semaine du goût est "une opération marketing à grande échelle orchestrée par les lobbies de l'agrobuisness". 

Il a présidé une commission d’enquête sur le sujet 

Un communiqué qui arrive en pleine Semaine du goût, mais surtout deux semaines après la publication du rapport parlementaire d'une Commission d’enquête sur l’alimentation industrielle, que Loïc Prud'homme présidait.  

A lire : Le rapport de la commission d'enquête

Dans ce communiqué, il fustige le fait que la semaine du goût ait été "crée en 1995 par le CEDUS, lobby du sucre". Le CEDUS n'en a toutefois plus la propriété depuis le milieu des années 2000, et assure qu'il ne prend plus aucune part à cet événement, désormais organisé par Public Système, une agence de marketing.