Éducation

Le directeur académique de Moselle reconnait une erreur après la fugue non signalée de deux élèves de 8 ans

Par Cécile Soulé, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu mardi 20 septembre 2016 à 21:51

L'absence des deux enfants de CE2 de l'école de Villers de Rombas n'a pas été signalée aux parents
L'absence des deux enfants de CE2 de l'école de Villers de Rombas n'a pas été signalée aux parents © Maxppp - Lionel Vadam

Deux élèves de CE2 de l'école primaire de Villers, à Rombas en Moselle, ont fugué vendredi après-midi, mais leur absence n'a pas été signalée aux parents. Les garçons ont été retrouvés sains et saufs à 3,5 km de là. Le directeur académique a reconnu une "erreur". Il a rencontré les parents ce mardi.

La situation s'apaise à l'école primaire de Villers à Rombas, après la fugue de deux élèves de CE2, vendredi 16 septembre dans l'après-midi. Leur absence n'a pas été signalée aux parents. Les deux enfants ont été retrouvés 3,5 km plus loin, dans un supermarché d'Amnéville. Très en colère au départ, les parents menaçaient de porter plainte mais, finalement, ils ont renoncé, après avoir rencontré, ce mardi après-midi, dans l'école, le directeur académique de Moselle.

Le patron de l'éducation nationale dans le département a clairement reconnu "une erreur" dans cette affaire et promis que ça ne se reproduirait pas. "Cela a permis d'apaiser la situation", explique l'avocat de l'une des familles, Me Zouaoui. Parce qu'au départ, les parents ne décoléraient pas en repensant aux faits. Une enquête interne est aussi diligentée par le rectorat.

L'institutrice ne s'est pas inquiétée 

Vendredi, juste avant le retour en classe, à 14h, les deux garçons ouvrent une porte non fermée à clé et s'engouffrent dans la rue. La maîtresse ne s'inquiète pas de leur absence et ne prévient pas les parents, qui découvrent, horrifiés, à 15h45, que les deux garçons ne sont pas à la sortie de l'école. Après une heure d'angoisse, ils sont donc retrouvés 3,5 km plus loin, dans l'Intermarché d'Amnéville, sains et saufs.

C'est un vigile, intrigué par ces deux enfants non accompagnés, qui donne l'alerte. Le dénouement est heureux, mais les parents n'étaient pas satisfaits des réponses de l'école. Jusqu'à ce que tombent, quatre jours après, les explications du directeur académique. Un peu tardives, mais suffisantes pour permettre aux parents de passer à autre chose.

Partager sur :