Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le dispositif "plus de maîtres que de classes" gros perdant de la nouvelle carte scolaire en Béarn

mardi 5 mars 2019 à 20:37 Par Sonia Ghobri, France Bleu Béarn

Le projet de carte scolaire pour la rentrée 2019 a été débattu ce mardi à la préfecture de Pau, entre les syndicats enseignants et le directeur académique des services de l’Éducation Nationale.

Parents et enseignants ont manifesté ce mardi contre la nouvelle carte scolaire
Parents et enseignants ont manifesté ce mardi contre la nouvelle carte scolaire © Radio France - Sonia Ghobri

Pau, France

Une centaine d'enseignants, parents d'élèves et d'élus se sont rassemblés ce mardi, devant la préfecture des Pyrénées-Atlantiques pour protester contre le projet de carte scolaire pour la rentrée 2019, présenté le mois dernier.  En vain, puisque le directeur académique des services de l’Éducation Nationale, Pierre Barrière, n'y apportera presque aucune modification en Béarn.

Les syndicats enseignants déçus 

Dans les grandes lignes, la nouvelle carte scolaire prévoit l'ouverture de 51 classes dans les Pyrénées-Atlantiques pour 45 fermetures, la suppression de treize postes dans le dispositifs "plus de maîtres que de classes" et d'un poste "décharge de direction". "Au total, nous perdons trois postes d'enseignant", regrette Arnaud Bousquet, secrétaire départemental du SNUipp-FSU.  

Arnaud Bousquet, secrétaire départemental du SNUipp-FSU

Or, selon lui, il faudrait créer 50 postes supplémentaires dans le département pour que tous les enseignants aient 25 élèves maximum par classe. Une situation que dénonce également l'UNSA dans un communiqué : "plus de 50 écoles dans notre département devront fonctionner l’année prochaine avec une moyenne de plus de 25 élèves par classe"

Treize postes du dispositif "plus de maîtres que de classes" supprimés 

La moitié des postes du dispositif "plus de maîtres que de classes" seront supprimés dans le département, soit 13 postes au total.  "Notre rôle c'était de venir dans les classes en soutien à certains élèves en difficultés, faire de la co-intervention en classe avec un autre enseignant ... cela nous permet de mettre en place des projets dans les réseaux d'éducation prioritaire pour travailler sur les inégalités", explique Anne Carrère, institutrice à Mourenx. 

Elle est venue manifester ce mardi, devant la préfecture des Pyrénées-Atlantiques pour le maintien de ce dispositif. Toutes les écoles de Mourenx étaient en grève hier. Le maire de la commune a affrété un bus pour que les manifestants puissent se rendre à Pau, Mourenx perd deux postes. "Ce n'est acceptable, ce dispositif "plus de maîtres que de classes" a fait ses preuves. Il faut savoir que nous sommes en réseau d'éducation prioritaire, ces enfants ont besoin d'être accompagnés", s'indigne Corine Carriat, adjointe affaires scolaires de Mourenx. 

Alex Chambaneau, instituteur à Mourenx déplore lui, une forme "d'hypocrisie" de l'Etat qui n'a pas augmenté le montant de ses dotations pour financer la création de classes de CP et CE1 dédoublées : "nous ne sommes absolument pas contre la création de ces classes, bien au contraire mais nous regrettons que cela se fasse au détriment de notre dispositif. Pour nous, il n'y a pas de problème nous aurons toujours un travail mais c'est injuste pour nos élèves issus de milieux défavorisés". 

Alex Chambaneau, enseignant à Mourenx

Des enseignants et des parents des écoles de Bouillerce et des fleurs à Pau ont également manifesté ce mardi devant la préfecture de Pau contre cette nouvelle carte scolaire.