Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le gouvernement envisage le retour des étudiants en présentiel "à 50% à partir de la mi-mai"

-
Par , France Bleu
France

La jauge dans les universités sera peut-être bientôt revue à la hausse. Dans une interview accordée ce lundi à 20 minutes, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, déclare qu'un nouveau protocole est à l'étude. Le retour des étudiants en présentiel à 50% est envisagé dès la mi-mai.

Actuellement, les étudiants sont autorisés à revenir à l'université une fois par semaine
Actuellement, les étudiants sont autorisés à revenir à l'université une fois par semaine © Maxppp - Romain Boulanger

Les bancs des universités pourraient bien accueillir un peu plus de monde dans un mois. Dans un entretien accordé ce lundi à 20 minutes, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal dévoile que le gouvernement travaille actuellement sur un nouveau protocole sanitaire pour les universités. Si les étudiant-e-s ne sont pour l'instant autorisé-e-s à ne revenir à la fac qu'un jour par semaine, la jauge sera bientôt revue à la hausse. Tout dépendra de la situation sanitaire, avertit tout de même la ministre.

Des perspectives données aux étudiants

Depuis fin janvier, les étudiant-e-s peuvent assister à leurs cours en présentiel qu'une journée par semaine. Le gouvernement leur promet un retour à 100% à la rentrée de septembre 2021. En attendant ce bout du tunnel, des perspectives leurs sont données. Un calendrier plus précis est ainsi évoqué ce lundi par la ministre de l'Enseignement supérieur : "_Les étudiants pourraient être en présentiel à 50 %, à partir de la mi-mai ou de la fin-mai_, en fonction de la retombée du pic épidémique", avance Frédérique Vidal. S'il sera alors l'heure des révisions ou des partiels pour bon nombre d'étudiant-e-s, "cela pourrait concerner certaines formations qui s’étendent jusqu’à la fin du mois de juin et de juillet", précise la ministre. Une lueur d'espoir tout de même pour les étudiant-e-s qui réclament depuis plusieurs mois déjà de retourner plus souvent dans leurs universités. Actuellement, "60% reviennent", précise la ministre.

Les examens terminaux dans les universités, jusque-là suspendus, "vont pouvoir reprendre à compter du 3 mai (...) en présentiel, à distance ou via la remise d’un rapport", explique Frédérique Vidal. La ministre de l'Enseignement supérieur envisage également plus d'examens en présentiel au second semestre.

Plus d'autotests pour les universités

Pour permettre ce retour sur les bancs de la fac, le protocole à l'étude prévoit un déploiement plus large des autotests. La ministre de l'Enseignement supérieur affirme que "les établissements vont aussi être dotés de milliers d’autotests d’ici à la semaine prochaine pour les personnels et les étudiants afin de renforcer la sécurité sanitaire des établissements". Mais Frédérique Vidal balaie d'un revers la proposition faite début avril par des députés de la majorité de vacciner les étudiant-e-s. "Vacciner les 18-25 ne baisserait absolument pas la pression sur le système hospitalier. Mais on peut estimer qu’à l’été, la vaccination leur sera ouverte", explique-t-elle.

Les critères d'attribution des bourses bientôt revus

La crise du coronavirus et les confinements mis en place en France ont mis en exergue la précarité de nombreux étudiant-e-s. La ministre de l'Enseignement supérieur admet ainsi qu'aujourd'hui "beaucoup de jeunes sont à la limite de pouvoir bénéficier des aides". "Il faut repenser le système d'allocation des aides sociales aux étudiants", plaide-t-elle. Le gouvernement "va donc revoir les critères d'attribution des bourses, mais rien n'est encore acté. Ce qui est sûr, c'est qu'il n'y aura aucune augmentation des droits d'inscription".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess