Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

« Le harcèlement scolaire peut tourner au drame si il n’y a pas de prise en charge » : Nicole Coletta

jeudi 5 novembre 2015 à 8:49 Par Sébastien Germain, France Bleu Belfort-Montbéliard

L’éducation nationale organise ce jeudi une journée de lutte contre le harcèlement scolaire. Notre invité à 7h45 était Nicole Coletta la référente harcèlement scolaire dans le Territoire de Belfort

Nicole Coletta, référente harcèlement scolaire
Nicole Coletta, référente harcèlement scolaire - Sébastien Germain

Belfort, France

Vous ou vos enfants en ont peut-être été victime : le harcèlement scolaire. Un harcèlement qui peut tourner au drame.

« Harcèlement physique, moral ou du cyber harcèlement »

En France 700 000 enfants sont victimes de harcèlement. L’éducation nationale a donc décidé ce jeudi d’organiser la première journée de lutte contre le harcèlement scolaire,  un numéro vert est également mise en place : le 30 20.

Nicole Coletta est la référente harcèlement scolaire dans le Territoire de Belfort. Elle nous explique ce qu’est le harcèlement : « Il peut-être physique morale ou numérique. Ce qui le caractérise c’est que ce n’est pas une insulte comme ça, c’est un phénomène qui dure dans le temps ».

« Des jeunes qui ont des maux de ventre »

Nicolas Coletta demande aux parents d’être vigilent : « Les enfants victimes sont des enfants qui peuvent avoir des maux de ventre dans la durée, ces jeunes ne parviennent plus à aller à l’école ». 

« 21 jeunes victimes l’an dernier »

Le phénomène touche toute la France et bien évidemment le Territoire de Belfort. « L’an dernier nous avons eu 21 jeunes dans le département », explique Nicole Coletta, « des enfants du primaire, des collégiens et des lycéens, ces jeunes sont vus différemment par les autres, il peut y avoir des coups ça peut aller très loin. » 

« Le jeune doit être écouté »

Pour aider les victimes de harcèlement Nicole Coletta estime avant tout « qu’il faut écouter les enfants, la victime doit parvenir à se confier à un adulte, à verbaliser son mal être ».

L'invité Nicole Coletta