Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : LE + INFO de France Bleu Bourgogne

LE + INFO - Faut-il revenir à la semaine de quatre jours ?

-
Par , France Bleu Bourgogne
Dijon, France

La réforme controversée des rythmes scolaires aurait-elle du plomb dans l'aile? Dans l'entourage d'Emmanuel Macron, on indique qu'un décret donnant la possibilité aux communes de rester ou de quitter la réforme mise en place en 2013 par Vincent Peillon pourrait être publié cet été. C'est le + INFO.

A partir de la rentrée 2017, un décret pourrait permettre aux communes qui le souhaitent de sortir de la semaine de quatre jours et demi
A partir de la rentrée 2017, un décret pourrait permettre aux communes qui le souhaitent de sortir de la semaine de quatre jours et demi © Radio France - Stéphane Parry

Le président de la République ne s'en cache pas : il est favorable à un assouplissement de la réforme des rythmes scolaires mise en place en 2013. Argument principal : certaines communes, notamment les plus "pauvres", n'ont pas les moyens de financer les activités périscolaires. Emmanuel Macron annonce pour l'été un "décret sur la liberté des communes", leur donnant la possibilité de rester ou de quitter la réforme des rythmes scolaires mise en place par Vincent Peillon.

Revenir à la semaine de quatre jours pour ceux qui le souhaitent

Ainsi l'association des maires de Côte-d'Or présidée par Ludovic Rochette est favorable à un assouplissement de la semaine de classe de neuf demi-journées. Le maire de Brognon en veut pour preuve, le nombre important de communes qui n'arrivent pas à trouver d'animateurs pour encadrer les enfants dans les "NAP" (nouvelles activités périscolaires) et les "TAP" (temps d'activité périscolaire). Sur le principe, les communes en concertation avec l'éducation nationale, auraient jusqu'en 2019 pour faire un choix. Soit elles poursuivent la semaine de neuf demi-journées, soit elles reviennent à la semaine de quatre jours qui prévalait avant 2013.

L'inquiétude des parents d'élèves

Pour le parti Les Républicains, cette proposition ne doit pas masquer un désengagement de l'Etat.Du côté des parents d'élèves, on s'inquiète de ce revirement. Ainsi la FCPE, la principale fédération des parents d'élèves est contre le retour à la semaine de quatre jours. Il va à l'encontre du rythme biologique de l'enfant. Toujours selon la FCPE, ce changement serait néfaste en terme de qualité des apprentissages et d'équité.

Faut-il revenir à la semaine de quatre jours ? Témoignez sur Facebook et Twitter

A 7 heures 50 l'invité France Bleu Bourgogne est Ludovic Rochette, le président de l'association des maires de Côte-d'Or

Choix de la station

À venir dansDanssecondess