Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le lycée agricole d'Ahun partiellement bloqué par ses élèves

-
Par , France Bleu Creuse

Une trentaine d'élèves de terminale au lycée agricole d'Ahun souhaitent changer le calendrier de leur cours en présentiel. Celui fixé ne leur offre que sept jours de cours en classe, contre près du double pour d'autres filières du même lycée, à un mois des épreuves du baccalauréat.

Une trentaine d'élèves ont manifesté lundi 10 mai devant le lycée agricole d'Ahun.
Une trentaine d'élèves ont manifesté lundi 10 mai devant le lycée agricole d'Ahun. © Radio France - Simon Cardona

Difficile de franchir le portail du lycée agricole d'Ahun depuis le début de la semaine ou en tout cas, il faut faire preuve de patience. Une trentaine de terminales arrêtent les voitures pendant quelques minutes pour réclamer un changement du calendrier des cours en présentiel fixé par l'établissement. Deux filières de terminales tombent sur les semaines de l'Ascension et de la Pentecôte, et n'ont que sept jours réels en classe, contre le double pour les autres élèves.

Notre année se déroule comme si on n'avait pas le bac.

"Depuis le mois de septembre, notre année se déroule comme si on n'avait pas le bac en fait, explique Nora, en terminale Service aux personnes et aux territoires (Sapat). Les profs essaient de faire des efforts, mais ce n'est pas que de leur faute parce qu’ils sont comme nous". C'est-à-dire dans le flou depuis le début de l'année, selon ces terminales en colère. Les élèves se plaignent d'avoir été mis au courant au dernier moment des modalités des épreuves du baccalauréat et du calendrier de demi-jauge fixé par l'établissement. 

Les élèves bloquent quelques minutes les voitures qui rentrent et qui sortent du lycée pour manifester leur "situation injuste".
Les élèves bloquent quelques minutes les voitures qui rentrent et qui sortent du lycée pour manifester leur "situation injuste". © Radio France - Simon Cardona

Des cours en distanciel peu efficaces

Mais comment établir ce calendrier rempli de jours fériés en mai, sans pénaliser les élèves ? C'était mission impossible assure la direction, face aux contraintes sanitaires établies par l'Éducation nationale. "Il n'y a pas moyen de passer autrement, affirme Frédéric Palluy, le proviseur adjoint du lycée agricole d'Ahun. Nous, on a fait au mieux de manière à répartir une semaine sur deux les effectifs pour arriver à demi-jauge. Si ce n'avait pas été ces deux filières, ça aurait été d'autres." 

Frédéric Palluy, le proviseur adjoint du lycée agricole d'Ahun.
Frédéric Palluy, le proviseur adjoint du lycée agricole d'Ahun. © Radio France - Simon Cardona

En plus des Sapat, les classes de terminales Production aquacoles sont aussi concernées. "Je sais que c'est compliqué logistiquement pour la direction. Mais on a des élèves de terminales qui se retrouvent avec deux fois moins de cours que les autres filières, souligne Anabelle Pierri, professeur d'éducation socio-culturelle, présente aux côtés des élèves qui manifestent. Et la filière Sapat contient énormément d'élèves en difficulté scolaire, voire à la limite du décrochage. Que ce soit ces élèves-là qui se retrouvent avec encore moins de cours en présentiel, c'est vraiment compliqué pour elles."

Des cours en distanciel qui sont peu efficaces

Quant aux cours en distanciel prévus pendant le reste du mois de mai, ils sont peu efficaces. Il y a environ "cinq élèves par cours en visio au lieu d'une vingtaine", indique Frédéric Palluy. "Il y a beaucoup de profs qui ne répondent pas à nos messages, rétorque Alicia, une terminale aussi en Sapat. Et ça dépend des situations de chacun, certains n'ont pas internet, d'autres des familles nombreuses à s'occuper..." Une version confirmée par le proviseur adjoint. Les élèves sont répartis dans un "département qui présente des zones blanches pour internet", sans compter le "sous-équipement" chez certains en matériel informatique.

Les terminales réclament un nouveau calendrier pour les cours en présentiel, voire le passage de leur bac en contrôle en continu comme d'autres lycéens creusois.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess