Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le lycée Jean-François Millet de Cherbourg bloqué par une vingtaine d'élèves

mardi 4 décembre 2018 à 12:56 Par Valentine Joubin, France Bleu Cotentin

Une vingtaine d'élèves du lycée Jean-François Millet de Cherbourg bloquent, depuis ce mardi matin, les entrées de l'établissement. Ils protestent contre les suppressions de postes prévues en 2019, Parcoursup mais aussi les frais d'entrée à l'université.

Des élèves du lycée Jean-François Millet à Cherbourg bloquent l'entrée principale de l'établissement.
Des élèves du lycée Jean-François Millet à Cherbourg bloquent l'entrée principale de l'établissement. - Valentine Joubin

Cherbourg, France

Effectifs très, très réduits ce mardi au lycée Jean-François Millet de Cherbourg. Une vingtaine d'élèves, tient, depuis environ quatre heures du matin, un blocage aux entrées de l'établissement. Ils ne laissent passer que les professeurs, le personnel administratif et les élèves de classes préparatoires. Cette action, organisée par le syndicat lycéen UNL SD (Union nationale lycéenne syndicale et démocratique), est menée contre Parcoursup, les suppressions de postes dans l'enseignement ou encore l'augmentation des frais d'université pour les étudiants étrangers.

"Le ras le bol général, les lycéens en font aussi partie"

Alors qu'une petite enceinte diffuse un tube de Queen, Axel, élève de terminale L, et quelques camarades tiennent leur barrage fait de barrières, de poubelle et de palettes en bois. "C'est un barrage filtrant. On laisse passer les élèves de prépa, les profs et l'administration. Les terminales, secondes et premières ne rentrent pas". Cette action, préparée depuis plusieurs jours, n'a rien à voir avec les gilets jaunes, même si Titouan, élève de première ES fait un parallèle : "Le ras le bol général, les lycéens en font aussi partie".

Les lycéens ne laissent passer que les élèves de classes préparatoires, les enseignants et le personnel administratif. - Aucun(e)
Les lycéens ne laissent passer que les élèves de classes préparatoires, les enseignants et le personnel administratif. - Valentine Joubin

"On est déjà 35 par classe, ça va être encore pire avec moins de profs"

Parmi les inquiétudes des adolescents mobilisés, il y a les 2650 suppressions de postes prévus l'année prochaine dans les collèges et les lycées. "On est déjà 35 par classe, ça va être encore pire avec moins de profs", argumente Titouan, membre du syndicat UNLSD. Mais aussi la nouvelle plateforme d'orientation Parcoursup, la réforme du lycée ou encore l'augmentation des frais d'entrée à l'université pour les étudiants non européens : "Dans ma famille, on a fait des études à l'étranger, c'est bénéfique, c'est une expérience. Je ne vois pas pourquoi ils devraient payer plus cher", s'indigne Annabelle

"Il faut qu'ils se mobilisent parce que l'avenir pour eux, il n'est pas rose!"

Face au blocage qui les empêche d'aller en cours, les élèves sont mitigés. "Je suis bloqué et j'aimerais bien aller en cours", réagit l'un d'entre eux. "C'est notre avenir, on est tous concernés", tempère une autre. Le soutien au blocage vient d'une enseignante de français "Parcoursup a des dysfonctionnement, il faut se faire entendre effectivement" ou d'une mère d'élèves, "Il faut qu'ils se mobilisent parce que l'avenir pour eux, il n'est pas rose!". Quant à la direction, elle dit simplement subir ce blocage qui doit durer jusqu'à la fin d'après-midi.