Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

VIDEO - Le maire de Gennevilliers veut que l'Education nationale retravaille sur les rythmes scolaires

mardi 29 août 2017 à 12:29 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Patrice Leclerc, maire communiste de Gennevilliers (Hauts-de-Seine), invité de France Bleu à 8h15 mardi matin, avait poussé un coup de gueule cet été contre les rythmes scolaires. Il estime que ces rythmes, "qui changent tout le temps", ne tiennent pas suffisamment compte de l'intérêt des enfants.

Rythmes scolaires
Rythmes scolaires © Maxppp - François Destoc

Gennevilliers, France

Le maire PCF de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) estime que l'intérêt des enfants n'est pas suffisamment pris en compte par ceux qui changent sans cesse les rythmes scolaires. "Il y a des gouvernements qui prennent des décisions du jour au lendemain et qui disent même aux maires "faites ce que vous voulez" en fonction des pressions soit des profs, soit des parents soit des maires eux-mêmes. Où est le rythme de l'enfant? Est-ce qu'un enfant est différent à Gennevilliers, à Carpentras ou ailleurs?"

Le maire ne veut pas se précipiter. Il veut prendre le temps de la réflexion et rencontrer des spécialistes du rythme de l'enfant. Dans sa ville, les enfants auront école le mercredi matin. Selon le maire "c'est la matinée qui permet le mieux d'apprendre".

Pour faire des activités de qualité, il faut des moyens, indique le maire de Gennevilliers et "nous avons raison de rouspéter sur le fait que nous avons une baisse de dotation globale". "Là où il y a des couches populaires, il y a besoin de mettre des moyens supplémentaires" pour permettre aux enfants de découvrir la musique, l'art, d'aller au musée, indique le maire. "Les parents qui ont des moyens s'en foutent, affirme Patrice Leclerc, ils emmènent eux même leurs mômes au Conservatoire..."

"Personne n'a évalué ce qui a été fait sur la réforme précédente" rappelle le maire de Gennevilliers qui pense qu'il faut retravailler avec les chronobiologistes sur les besoins de l'enfant. Il estime aussi qu'il faudrait regarder les contenus de ce qui est proposé aux enfants. "Il y a des recherches pédagogiques à travailler", conclut Patrice Leclerc.

Regardez l'intégralité de l'interview de Patrice Leclerc.