Éducation

Le Mans : sans prof de français alors qu’ils passent le bac à la fin de l’année

Par Bertrand Hochet, France Bleu Maine lundi 21 septembre 2015 à 18:14

Des parents d’élèves du lycée Bellevue, en centre-ville du Mans, disent leur colère et leur incompréhension. Quatre classes n’ont pas de professeur de français depuis la rentrée. Aucun remplaçant n’a été trouvé. Le Rectorat a même déposé une offre à Pôle Emploi !

L’inquiétude des parents d’élèves naît quelques jours après la rentrée lorsqu’ils apprennent que l’enseignante de français de deux classes de seconde et deux classes de première est en arrêt maladie avant son congé maternité et très vraisemblablement un congé parental. Autrement dit : une longue absence qui pourrait durer quasiment toute l’année scolaire.

Le bac à la fin de l’année

Nathalie Bohère dont le fils est en première ES témoigne : « On est seuls devant une proviseure, devant un système qui finalement n’a aucune considération pour les enfants et les parents. Je suis assez inquiète. J’aimerais bien qu’ils trouvent une solution dans les meilleurs délais ». 

Une mère d'élève: "je suis inquiète"

Cette maman ajoute : « les heures passent, le temps passe et je vois l’échéance du bac français à la fin de l’année arriver. Au moment de les noter, personne ne tiendra compte du fait que les élèves n’ont pas eu cours ».

Pénurie de remplaçants

Dans un courrier adressé à la FCPE du lycée Bellevue (Fédération des Conseils de Parents d’Elève) la responsable de l’établissement indique qu’une « demande de remplacement a été effectuée auprès du service du rectorat ». Le problème, reconnaissent les services de l’Académie, à Nantes, c’est la pénurie de remplaçants en français. « Evidemment, on fait le maximum pour trouver une solution dans les délais les plus rapprochés », assure Stéphane Ohran, chargé des relations externes au cabinet du recteur. 

Stéphane Ohran, du Rectorat: "nous faisons le maximum pour trouver une solution"

« C’est une discipline dans laquelle nous éprouvons des difficultés mais nous poursuivons nos recherches pour trouver des personnels qualifiés et volontaires. On active tous nos réseaux. Croyez bien que c’est une inquiétude que nous partageons avec les parents », ajoute Stéphane Ohran.

Vendredi 18 septembre, des parents se sont rassemblés devant le lycée Bellevue, au Mans, pour dire leur exaspération face à cette situation qui, d’après eux, met en péril l’année scolaire d’environ 130 élèves. 

REPORTAGE: la colère des parents du lycée Bellevue, au Mans