Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le ministre de l'Education visite une classe de CP dédoublée à la Reynerie à Toulouse

vendredi 24 novembre 2017 à 19:40 Par Leila Mechaouri, France Bleu Occitanie et France Bleu

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, s'est rendu ce vendredi dans une classe de CP de 10 élèves à l'école Daniel Faucher, dans le quartier de la Reynerie à Toulouse. Une manifestation d'enseignants était organisée en marge de la visite.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a visité une classe de CP dédoublée à la Reynerie.
Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a visité une classe de CP dédoublée à la Reynerie. © Radio France - Leïla Méchaouri

Toulouse, France

Deux mois après la rentrée scolaire, le ministre de l'Education est venu à Toulouse vendredi 24 novembre pour faire le point sur le dédoublement des classes de CP à 12 élèves. Jean-Michel Blanquer s'est rendu dans une classe de l'école Daniel Faucher, en zone d'éducation prioritaire REP+, dans le quartier de la Reynerie."On constate des progrès importants, une capacité à entrer dans la lecture, l'écriture et le calcul plus tôt dans l'année, s'est félicité le ministre. C'est très positif de voir ces classes bien fonctionner, avec des élèves heureux, des parents et des enseignants heureux."

Tous les enseignants ne sont visiblement pas de cet avis. Une manifestation a rassemblé une cinquantaine de personnes juste avant l'arrivée du ministre. Elles ont dénoncé l'abandon du dispositif "plus de maîtres que de classes". 22 postes d'enseignants surnuméraires ont été supprimés à la rentrée. "La réduction des effectifs est une bonne chose, mais il faudrait réduire les effectifs dans toutes les classes", relève Maléna Adrada, enseignante dans l'une des deux classes de CP de l'école Daniel Faucher. Or, "cette mesure s'est faite dans la précipitation, sans moyen supplémentaire et en supprimant d'autres dispositifs qui fonctionnaient".

Une mesure 'vitrine' qui profite à très peu d'élèves et se fait au détriment des autres"
Alexia Seguin, co-secrétaire du Snuipp en Haute-Garonne

Alexia Seguin, co-secrétaire départementale du Snuipp, a elle-même perdu son poste de maître surnuméraire dans le quartier de Bagatelle. Aujourd'hui, elle enseigne dans une classe de CE1. "Au-delà de mon cas personnel, on voit dans les écoles qu'il n'existe plus aucune mesure d'aide pour les élèves de CE1 et CE2, remarque-t-elle. On a une mesure 'vitrine' qui profite à très peu d'élèves et se fait au détriment des autres."

L'année prochaine, le dédoublement des classes à 12 élèves sera élargi aux CE1 de Rep+ et aux CP en zone REP.

Une cinquantaine d'enseignants ont manifesté avant l'arrivée du ministre de l'Education. - Radio France
Une cinquantaine d'enseignants ont manifesté avant l'arrivée du ministre de l'Education. © Radio France - Leïla Méchaouri