Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le parcours du combattant des étudiants franciliens en quête de stage pour cet été

-
Par , France Bleu Paris

A cause de la crise du coronavirus, de nombreuses entreprises ont annulé ou reporté les stages d'étudiants. Beaucoup de jeunes se retrouvent donc en difficulté et multiplient les candidatures en catastrophe. C'est le cas de Léa, installée dans les Hauts-de-Seine et étudiante en droit.

Léa*, étudiante en droit international, multiplie les candidatures auprès des cabinets juridiques et entreprises depuis l'annulation surprise de son stage, début mai
Léa*, étudiante en droit international, multiplie les candidatures auprès des cabinets juridiques et entreprises depuis l'annulation surprise de son stage, début mai © Radio France - Jeanne Daucé

Dans la boîte mail de Léa*, des dizaines et des dizaines de candidatures : candidature en attente, déclinée, sans réponse... La jeune femme de 20 ans, installée dans les Hauts-de-Seine, galère à retrouver un stage pour valider sa troisième année de droit international.

Un cas qui n'est pas isolé : selon le ministère de l'Education, près de la moitié des 500.000 stages habituellement effectués par an ont dû être annulés ou repoussés.

Stage annulé une semaine avant l'arrivée en entreprise

Léa devait faire son stage dans le service juridique d'une grande entreprise. Stage trouvé en octobre, convention signée en janvier... Mais une semaine avant le début de sa convention, elle apprend finalement que le stage est annulé

La jeune femme multiplie alors les candidatures, dans les cabinets juridiques et les entreprises. En vain. Léa se sent démunie : "_Certains recruteurs se sont permis de dire qu'on s'y prend trop tard, alors que ce n'est pas qu'on s'y prend tard : c'est parce qu'_on a été laissés dans l'embarras. Ce n'est pas par manque de volonté ou par flemme".

Crainte de la dévalorisation du diplôme

Ce stage aurait permis à Léa de gagner un peu d'argent. Mais comme son stage n'a pas démarré avant le confinement, elle ne peut pas toucher l'aide distribuée par l'Etat aux moins de 25 ans qui ont perdu leur stage ou leur travail étudiant à cause de la crise sanitaire. 

Avec l'annulation des stages, ce n'est pas possible d'acquérir nos compétences pratiques - Léa, étudiante en droit international

Et comme ces expériences sont importantes dans son cursus, Léa craint que son diplôme soit dévalorisé : "On a une formation qui nécessite _d'avoir des connaissances mais aussi un aspect pratique_. Avec l'annulation des stages, ce n'est pas possible d'acquérir ces compétences", détaille cette étudiante en droit international.

"Il faut avoir le moral pour encaisser 50 à 60 refus par semaine"

Dans la promo de Léa, un tiers des 30 étudiants sont sur le carreau. La jeune femme redoute une baisse de motivation face aux nombreux refus des entreprises :  "Il faut avoir le moral pour encaisser les 50 à 60 refus ou absence de réponse toutes les semaines... Je pense que _cela va démotiver beaucoup d'étudiants_, ce qui est dommage car on est la génération qui se lance. Je sais qu'on n'est pas la priorité des entreprises, avec la reprise des activités, mais on aimerait bien avoir leur soutien", explique la jeune femme.

Je sais qu'on n'est pas la priorité des entreprises, avec la reprise des activités, mais on aimerait bien avoir leur soutien - Léa, étudiante en droit international 

Léa se dit cependant soulagée : si ses recherches n'aboutissent pas d'ici la fin du mois de juillet, son diplôme sera tout de même validé grâce à un stage fait l'an passé. Mais ses camarades qui n'ont pas d'expérience en entreprise risquent de redoubler leur année.

A noter que dans certaines universités ou écoles, les formateurs ont remplacé les stages par la préparation d'un projet ou d'un mémoire.

Ecoutez le reportage de la rédaction

Choix de la station

À venir dansDanssecondess