Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Éducation

Le recteur de l'académie d'Aix-Marseille appelle au calme après des échauffourées lors de la mobilisation des lycéens

mercredi 5 décembre 2018 à 10:23 Par Mathilde Vinceneux, France Bleu Provence

Dans le sillage de la mobilisation des gilets jaunes, les lycéens ont manifesté en Provence. Après des débordements et des affrontements entre élèves et force de l'ordre, le recteur de l'académie d'Aix-Marseille, Bernard Beignier, lance un appel au calme.

Le recteur de l'Académie d'Aix-Marseille, Bernard Beignier, appelle au calme après des tensions lors des manifestations des lycéens.
Le recteur de l'Académie d'Aix-Marseille, Bernard Beignier, appelle au calme après des tensions lors des manifestations des lycéens. © Maxppp - VALLAURI Nicolas

Marseille, France

"Il faut que le calme revienne", a déclaré ce matin sur France Bleu Provence, Bernard Beignier, le recteur de l'Académie d'Aix-Marseille. Mardi 4 octobre, 24 lycées ont été perturbés à Marseille dont cinq totalement bloqués sur les 85 établissements que compte la ville. Des poubelles ont été incendiées et un jeune élève du lycée Perrin a été brûlé dans le dos. Des affrontements ont aussi éclaté entre les forces de l'ordre et près de 600 manifestants, rassemblés devant le lycée Saint-Charles. 

Des risques d'utilisation de cocktail molotov 

"C'était violent dans certains lycées. Il y a eu des actes qui pouvaient être d'une certaine imprudence. Ce matin encore sur les réseaux sociaux, on invite des jeunes à venir avec des bouteilles d'essences et des briquets", signale le recteur de l'Académie d'Aix-Marseille. Bernard Beignier reconnaît le risque d'une mobilisation qui durerait dans le temps et veut instaurer le dialogue dans les établissements.

"Il y a dans les lycées des délégués de classe et des délégués à la vie lycéenne. J'ai demandé aux proviseurs, qui ont été admirables hier, de faire en sorte que ces instances puissent être réunies pour que les lycéens puissent s'exprimer. On nous dit qu'on ne sait pas exactement ce qu'ils demandent, la question n'est pas là, il faut les écouter", insiste le recteur.

Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a lancé lui aussi un appel à la sérénité. "Ce mouvement est extrêmement violent. Il y a des gens qui n’ont plus de limites. Il faut qu’il y ait une prise de responsabilité de chacun",  a-t-il déclaré sur France Info.